Festival de Venise 2019 banniere

DOSSIERNational

Le Tour de France Digital du CNC et de la Scare

Le CNC, en partenariat avec le SCARE lance le "Tour de France Digital" pour les exploitants indépendants. Compte-rendu de la journée de formation organisée le 2 avril 2019 à Lyon.

Les 28 et 29 mars 2019, se sont tenues à Bordeaux les premières journées de formation du "Tour de France Digital", une initiative du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) en partenariat avec le Syndicat des cinémas d’art, de répertoire et d’essai (SCARE). Ces journées de formation, à destination des exploitants indépendants, ont pour but de les aider à utiliser des outils numériques tels que les sites Internet et réseaux sociaux afin de rendre visible et dynamiser leur activité, accroître et élargir la fréquentation de leur salle et fidéliser leur public autour de leur programmation et des évènements qu’ils organisent.

Ces formations s’organisent autour de deux pôles : d’une part la pratique des réseaux sociaux (connaître leur fonctionnement pour mieux les utiliser, et ainsi accroître leur visibilité ou cibler les communautés) et d’autre part l’utilisation de sites Internet (mise en place et animation). Elles sont conçues et assurées par le SCARE en collaboration avec Silenzio Interactive et LuckyTime (deux agences de communication spécialisée dans le cinéma et les réseaux sociaux) ainsi que OnDemand (agence spécialisée en marketing digital et outils web). Lors de la présentation du "Tour de France Digital" au début de la formation, Frédérique Bredin, présidente du CNC, a d’abord permis aux participants d’exprimer leurs objectifs et attentes.

Les formations ont ensuite été assurées par Céleste Durante et Alice Joannard pour les modules réseaux sociaux et par Jérémy Bourgain et Thomas Sérot pour les modules sites internet. Les quarante exploitants présents ont été partagés en deux groupes, suivant en parallèle tout d’abord la formation de deux heures sur les sites Internet, puis celle d’1h30 sur les réseaux sociaux, puis l’après-midi a été dédiée à une mise en pratique, avec des cas concrets d’applications des outils vus le matin.

Atelier Site Internet

Les sites et les clés de leur succès

La grande majorité des exploitants présents possèdent déjà un site Internet, qu’il leur soit propre ou établi en collaboration avec d’autres entités. Cette donnée a permis au formateur, Jérémy Bourgain, Master SEO de l’agence OnDemand, d’orienter la séance sur l’utilisation qui est faite par les exploitants de leur site. Il explique que le succès d’un site tient sur trois points : le design, l’ergonomie et le référencement. Il existe deux solutions de développement de sites : les solutions SASS, qui permettent à l’utilisateur d’avoir un site dit "clés en main" mais dont il n’est pas propriétaire du code, et les sites WordPress, un peu plus compliqués d’utilisation, mais avec lesquels l’utilisateur est propriétaire du code.

Avoir des objectifs clairs

Choisir entre ces deux solutions, et faire quoi que ce soit dans la création, l’amélioration ou le développement d’un site, dépend avant tout des objectifs. C’est sur ce terme que revient plusieurs fois le formateur. Il explique que cela ne sert à rien de faire appel à une agence spécialisée si les objectifs du client (ici l’exploitant) ne sont pas clairs. Dans la plaquette qui est remis aux exploitants, les coûts des prestations de ces compagnies sont indiqués, afin qu’ils soient moins à la merci d’"experts" pouvant tirer parti de la situation.

L’expérience utilisateur

Le formateur explique également l’importance de l’expérience utilisateur et l’importance de se demander ce que recherche celui-ci quand il vient sur le site de la salle. Pour travailler sur cette idée, le formateur étudie une page Allociné, qui est le principal concurrent des exploitants. Il révèle la stratégie de communication d’un tel site et explique en quoi la stratégie du site d’une salle doit être différente. En effet, le but d’Allociné est que l’utilisateur reste le plus longtemps sur le site afin de générer le plus de revenu publicitaire, alors que le but d’une fiche de film pour une salle de cinéma va être que le spectateur vienne dans la salle. Il va donc s’agir soit de gérer de la frustration soit de créer de l’envie autour de la programmation de la salle, et donc par exemple de proposer d’autres séancse si jamais l’une ne convient pas au visiteur du site, ou de l’emmener vers le reste de la programmation, etc.

Google Analytics

Jérémy Bourgain rassure les exploitants : les sites Internet sont des outils réactifs : ils fonctionnent par essai erreur, aucun site n’est parfait du premier coup. Mais pour améliorer son site et se rendre compte de ces manques, il faut savoir où aller chercher les informations et les interpréter. Pour ce faire, il existe un outil gratuit et complet : Google Analytics. Le formateur présente rapidement l’outil, ses possibilités et la palette d’informations qu’il est capable de fournir. Ce sont des chiffres qui sont également très importants à consulter dans le cas de la refonte d’un site par exemple.

Améliorer son référencement naturel (SEO) pour gagner de nouveaux utilisateurs

Le point qui occupe la majeure partie de la formation est le problème du "référencement naturel", également désigné sous le sigle SEO (pour Search Engine Optimization), qui est un aspect essentiel à la visibilité d’un site et souvent le principal handicap des sites d’exploitants par rapport aux "gros" sites. Le référencement naturel désigne la place à laquelle un site va apparaitre dans les résultats de recherche lors de l’utilisation d’un outil comme Google. Pour faire remonter un site, il est important de hiérarchiser les informations en utilisant des titres et des intertitres (en évitant les métaphores car le moteur de recherche, plutôt littéral, ne les comprend pas). Il est également très important de privilégier le maillage et de tisser des liens de renvoi avec des autres sites. Par ces critères, le site gagne progressivement la "confiance" du moteur de recherche qui n’hésitera dès lors plus à le mettre en avant. Le référencement naturel est essentiel dans l’acquisition de nouveaux utilisateurs, qui ont généralement tendance à ne consulter que la première page de résultats dans un moteur de recherche.

Atelier Réseaux Sociaux

Quelques chiffres

L’animatrice de la formation "réseaux sociaux", Céleste Durante, la social media manager de l’agence Silenzio Interactive, commence sa présentation par quelques chiffres très parlants : un smartphone est consulté en moyenne 80 fois par jour pour une durée de 2h22 , 90% du temps à la verticale (et pour près de 72% des « millennials », uniquement à la verticale). Elle présente également d’autres chiffres qui concernent le "reach", c’est-à-dire la portée d’une publication : celle-ci touche des annonceurs. Dès lors, l’enjeu numérique pour les exploitants est de taille et faire des publications efficaces devient une nécessité.

Facebook, Twitter, Instagram

La formation se concentre sur les trois principaux réseaux sociaux utiles aux salles de cinéma : Facebook, Twitter et Instagram. Il existe sur chacun de ces trois sites des moyens payants d’augmenter la portée d’une publication mais aussi des moyens gratuits qui peuvent contrer le cercle vicieux que peut créer l’algorithme de logiciel comme celui de Facebook qui pénalise les "mauvais élèves" (personnes publiant de manière non régulière, invitant gratuitement beaucoup de personnes sans avoir de retour, etc.). Céleste Durante mentionne par exemple pour Facebook : le diaporama, la photo 360°, le sondage ou le live. La suite de la formation se poursuit sur une série d’astuces concernant les autres réseaux sociaux mais aussi et surtout, sur la compréhension du fonctionnement des algorithmes afin de privilégier les bonnes pratique qui vont faire augmenter la portée d’une publication, afin de faire vivre la page ou le compte et, ainsi, fidéliser les utilisateurs et en acquérir de nouveaux.

Après-midi application

L’après-midi est consacrée à la fin de la formation "réseaux sociaux" et à la mise en pratique concrète des outils vus dans la matinée, par petits groupes encadrés par les formateurs, afin de développer des automatismes et commencer la mise en place de pratiques bénéfiques pour les exploitants. pour les exploitants.

Thomas Chapelle Envoyer un message au rédacteur