Parce qu'on en a jamais assez !

VERA DRAKE

Un film de Mike Leigh

Pour sa formidable interprète

Dans les années 50, Vera Drake, vieille dame irlandaise, serviable et attentionnée, bien connue du voisinage, aide régulièrement des jeunes filles en difficultés. A l’aide d’un peu de savon et de détergent, elle leur fait venir les règles, les débarrassant ainsi en toute illégalité, de futurs enfants forts encombrants ou déshonorants...

Parler de l’avortement en Irlande est toujours un sujet délicat. Mike Leigh (Secret et mensonges) a choisi de le faire autour d’un portrait de femme, non pas du côté des filles mères, ou des victimes d’opérations peu scrupuleuses, mais des femmes qui se sont engagées, en connaissance de cause, dans une pratique illégale mais salvatrice. Son propos, discret, n’en est pas moins militant, montrant le caractère aveugle d’un système où l’interdit fait loi. L’avorteuse est interprétée par Imeilda Staunton, voûtée mais dynamique, formidable bout de femme, souriante et consciencieuse, jusqu’à l’apparition flagrante de l’injustice.

Si l’on ne peut contester la qualité de portraitiste du réalisateur, force est de constater que Mike Leigh semble absolument fasciné par la misère la plus absolue, qu’il se complait à montrer et presque à magnifier depuis son « All or nothing ». Cela en devient agaçant à la longue, non qu’elle soit exposée, mais cumulée à ce point sans presque aucune note d’espoir. Car dans cette chronique qu’on se dit parfois un peu trop bien pensante, l’on sent bien ce que l’emprisonnement de la mère peut générer de déstabilisant pour un équilibre aussi précaire dans une famille, où la fille est légèrement attardée, le beau fils perturbé, et le fils à peine sorti de l’adolescence. Excessif donc, mais touchant.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire