Parce qu'on en a jamais assez !

UNE SURPRISE POUR NOËL

Un film de Chel White
Avec Ray Winstone...

Bien lisse

Alors qu'il est en train de choisir un sapin pour Noël, Andrew fait la connaissance de Jingle, un bébé Husky que sa vieille propriétaire est sur le point de donner, avant son déménagement. Sa mère ayant refusé qu'il l'adopte, c'est le chiot qui va s'échapper et partir à la recherche de celui qu'il voudrait avoir pour maître...

Recueil de deux courts métrages, le deuxième constituant une suite du premier (l'action se déroule l'hiver suivant), "Une surprise pour Noël" met en scène des marionnettes et des peluches animées image par image, selon la technique du stop motion. Regroupant ainsi "Joyeux Noël, Jingle !", qui met en scène la rencontre d'un garçon et de son futur chien, et "Joyeux Noël, Jingle et Belle", qui suit l'arrivée d'une nouvelle camarade venant de Californie, accompagnée de sa chienne Belle, l'ensemble aborde les thèmes de la famille, l'amitié, l'importance d'avoir un "chez soi" et l'entraide.

Rien de révolutionnaire dans ces deux courts animés, tout étant ici tellement lisse, tant au niveau graphique ou moral, que dans les enjeux dramatiques. Au-delà des thèmes fédérateurs évoqués ci-dessus, l'esprit de Noël se résume ici aux illuminations, pâtisseries, vitrines et dons d'argent. Une vision peu étonnante quand on sait que les deux films sont une production de Hallmark Channel, chaîne télé créée par la fameuse marque de cartes de vœux.

Pour deux histoires parlant du lien entre hommes et animaux, on est cependant étonné de ne quasiment trouver ici aucun discours écologique (la chienne Husky Belle vit sous le charmant soleil de Californie au début du deuxième épisode... mais ce n'est qu'au confort des humains qu'on s'intéresse). Jouant la carte du suspense, le second volet s'avère un peu plus intéressant que le premier. Cependant chacun s'étonnera de dialogues pas du tout adaptés, sortant de la bouche d'enfants de 7 ou 8 ans maximum, auxquels le traducteur français fait notamment employer des expressions pas vraiment de leur âge, comme "Tu te morfonds ici toute seule" ou "Je ne veux pas te chercher des noises". Regrettable.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire