Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

TOUT PEUT ARRIVER

Un film de Nancy Meyers

Intéressant mais avec quelques défauts

Lui (Jack Nichloson) est un homme d'affaire de 63 ans qui se plaît dans les bras de jeunes femmes de 30. Elle (Diane Keaton) est un grand écrivain qui n'a pas eu de relation amoureuse depuis la fin de son mariage. Ils vont se rencontrer par l'entremise de la fille de la seconde et malgré des débuts orageux, une relation nouvelle et instinctive va se mettre en place. Même si cela n'est pas facile, ils vont devoir apprendre à se connaître eux mêmes avant d'avancer vers l'autre…

Après " Ce que veulent les femmes ", la réalisatrice Nancy Meyers explore une fois de plus les travers et la psyché des femmes, mais cette fois-ci grâce à un homme des plus ambigus. Le personnage interprété par Nicholson, que l'on peut considérer comme pervers, misogyne et macho, un rôle dans lequel il excelle, permet à toutes ces femmes de se révéler soit après une souffrance soit dans le bonheur.

Et c'est là le véritable enseignement de ce film, où toutes passent dans les bras de ce séducteur sur le retour : elles ne s'installent dans la vie qu'après la sortie de cet homme de leur horizon. Bien sur, le film se centre sur les aventures plus ou moins cocasses de Nicholson et de Diane Keaton, dans une partie ressemblant plus à du vaudeville qu'à de la comédie romantique. Mais l'attachement des deux personnages à leurs habitudes et à leurs composantes de caractères les rendent fragiles, mais aussi odieux, dans le sens où ils ne veulent pas en sortir. Ceci en apparence seulement, puisque, suite à leur contact prolongé, les deux personnages vont s'éveiller, après des décennies de blocage.

Mais ce film, qui se veut avant tout une comédie, présente de nombreuses faiblesses affaiblissant son propos. La longueur exagérée, l'histoire d'amour avec ce jeune médecin trentenaire, un sentiment de mièvrerie par moment et un Nicholson déchaîné dans la première moitié et qui semble avoir vu la sainte vierge dans la seconde, tellement il paraît ahuri et halluciné, ralentissent le film, donnant au spectateur des moments d'ennui voir de somnolence.

Au final un film intéressant sur la recherche de l'amour et ses complications, mais qui une fois de plus est plombé par des défauts de fabrication typiquement hollywoodiens.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire