Bannière Festival de San Sebastian 2021

TOUT LE PLAISIR EST POUR MOI

Un film de Isabelle Broué

Un personnage de femme sans nuances, source de bien peu de plaisir

Louise (Marie Gillain) est animatrice radio. Elle aime à dire à son amant, le jeune François (Julien Boisselier), que « ce n'est pas parce qu'ils baisent ensemble, qu'ils sont ensemble ». A la veille de présenter celui-ci à ses parents, elle perd subitement tout plaisir sexuel...

Tout le plaisir est pour moi se veut certainement une comédie enlevée et osée sur le plaisir féminin. Si l'on devait le qualifier, il s'agirait plus d'une sorte de grand livre ouvert sur les usages du clitoris. Car finalement ici, on parle peut de couple, réduit à la simple expression du plaisir vaginale ou buccal. Bien sûr, il y a par ci par là quelques scènes amusantes, notamment avec le gynécologue spécialiste du cunnilingus, avec le slip abeille, ou le charmant voisin abstinent. Mais la plupart sont téléphonées (le sex-shop), voire irritantes (la soirée avec les avocats), quand elles ne frisent pas le ridicule (la boîte de nuit gay, l'aveu sur l'antenne radio).

Et que dire de ce personnage obnubilé par son propre organe, alors qu'elle connaît la première panne sexuelle de son existence, et qui décide de rabâcher crûment et sans cesse ses problèmes intimes à la terre entière. Qu'il agace certainement. Qu'a aucun moment le scénario ne parvient à le rendre sympathique, ou simplement humain ou fragile. A trop vouloir affirmer une liberté de parole sur la sexualité, il finit par écraser ce personnage, pourtant porté avec conviction par une Marie Gilain très garçonne, en l'affirmant définitivement comme égoïste et butté. Il ne manquerait plus que les appels des auditeurs pour la féliciter de son attitude pour l'affirmer comme modèle féminin. Heureusement, le dénouement est ailleurs.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire