Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

SONATE POUR ROOS

Un film de Boudewijn Koole

Un film sensoriel à l’émotion ténue

Roos revient dans la maison où vit sa mère, pianiste, et son jeune frère en Norvège. Entre les deux femmes, la tension est palpable, alors que la complicité est vite rétablie avec son frère. Mais Roos a une nouvelle importante à annoncer...

"Sonate pour Roos" est un film dont l’action se situe en Norvège, réalisé par un Hollandais (metteur en scène précédemment de "Little Bird", remarqué en festivals). Œuvre sensible sur la maladie (suggéré rapidement par un simple geste de la main du personnage principal dans les premières minutes du film), le rapport à la vie, et les difficultés de communication entre certains membres d’une famille, le film baigne dans une ambiance feutrée, propre à l’introspection et au débordement des sensations.

Car c’est non seulement au contact des autres (son frère, complice, à qui elle a manqué ; un ancien amant perdu de vue) mais aussi et avant tout de la nature, que l’état de sursis du personnage s’exprime. Roos est attentive à tout, des détails d’une vie qui la quitte (une truite frémissante que l’on rejette à l’eau, une femelle élan que l’on recherche en forêt…) à ceux qui réchauffent le cœur, parfois emplis de souvenirs (deux tassés que l’on remplit de café, le dos d’une mère qui joue au piano…). Avec un remarquable sur le son, donnant par moment une musique organique, issue d’éléments de nature (un tronc qui craque, une cascade gelée…), Boudewijn Koole rend palpables ces petits riens qui rendent la vie précieuse, créant ainsi l’émotion.

Mais alors que la nouvelle est enfin connue, après quelques scènes marquantes signifiant la distance entre la mère et la fille (la scène de la barrière est un summum de tension), le film se fait plus sec, avec un montage plus serré et l’utilisation de nombreux arrêts sur images (les photos que prend l’héroïne). Maintenant le suspens quant aux motifs de la brouille entre les deux personnages, le metteur en scène capte les hésitations et sursauts de deux actrices formidables de justesse. Ceci avant de choisir un final aux différentes interprétations. Un film précieux, qui mérite un visionnement sur grand écran, à la fois pour ses magnifiques paysages enneigés, mais aussi pour mieux se laisser envelopper par les sons de la vie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire