Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LE SERVITEUR DE KALI

Traumatisme

Un bourreau n'ayant pas officié depuis des années, se voit ordonner d'effectuer une nouvelle exécution. Au fur et à mesure que le grand jour approche, il se réfugie, angoissé, dans l'alcool…

Le serviteur de Kali est une sorte de conte sur la culpabilité et l'erreur humaine, comme une leçon de morale indienne dont les conclusions vous marquent pour longtemps. Déflorer le secret qui préside à l'intrigue, et que l'on devine cependant bien vite, serait gâcher partiellement ce film ancré dans une première moitié de vingtième siècle, mais au discours universel et très actuel. L'aveuglement, les conclusions hâtives, la faiblesse de la justice sont au cœur de ce récit qui se mord la queue, et où le personnage principal revit un événement douloureux de sa vie.

La construction est par ailleurs très intelligente, mêlant sans distinction possible, souvenirs et présent, familles actuelle et ancienne, et potentiellement cauchemar et réalité. Le dépaysement est cependant partiel, l'auteur se concentrant sur les personnages, et la reproduction d'une génération à l'autre, des erreurs pourtant déjà commises. A découvrir.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire