Parce qu'on en a jamais assez !

SENNA

Un film de Asif Kapadia

La redécouverte du pilote

Un documentaire fait d’images d’archives, retraçant les dix dernières années du parcours du champion de F1, triple champion du monde, avant son tragique décès en 1994...

Tout le monde connaît Ayrton Senna. Un génie de la course automobile, brutalement disparu au cours d’une course en 1994. Ce documentaire permet d’une part de revenir sur ce parcours exceptionnel, et d’humaniser un peu cette machine à gagner qu’était Senna. Le réalisateur revient sur sa collaboration avec Alain Prost et leurs difficultés à cohabiter en étant quasiment aussi bons l’un que l’autre. On a presque envie de piquer vulgairement une réplique venue d’ailleurs : « Il ne peut en rester qu’un ». Ironie du sort, comme nous le savons tous, cela va s’avérer particulièrement vrai. D’ailleurs, c’est plus ou moins à cause des difficultés rencontrées avec Prost que Senna va partir, pour tomber sur une écurie en théorie prestigieuse, mais dotée de bolides dont il aura un mal certain à s’habituer. Et c’est cette fameuse F1 qui va le lâcher au cours d’un virage corsé sans pour autant être le plus dangereux. Senna ne meurt pas sur le coup, mais c’est tout comme.

En laissant une place non négligeable à cet accident, le réalisateur ne tente pas non plus d’éclaircir les causes du décès, expliquant clairement que quelque chose a lâché, sans pour autant dire de manière certaine laquelle. Bizarre que l’accident d'un des plus grands champions de F1 ne soit pas élucidé. Le passage est émouvant et spectaculaire, mais pas très éclairant, contrairement au reste du film, qui nous donne une petite idée des arcanes de la F1, des tensions et des stratégies qui peuvent y régner. C’est d’ailleurs l’un des autres plaisirs de ce documentaire, qui se construit naturellement comme un polar, tout le monde attendant la fin tragique et voulant en savoir un peu plus.

On est donc un peu sur notre faim, pas tant à cause du travail consciencieux du réalisateur, mais à cause du flou planant sur l’affaire. Reste la découverte d’un homme et pilote extraordinaire, bien loin dans nos souvenirs de jeunesse, et qui représentait, tant pour son pays (le Brésil, extrêmement pauvre), que pour la F1, un espoir immense.

Ivan ChaslotEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire