SECRET SUNSHINE

Un film de Lee Chang-dong

L'impossible pardon

Une jeune femme et son fils débarquent dans un petit village où la vie ne peut jamais être anonyme. Après le décès de son mari, elle va devoir faire face à la disparition de son enfant...

Le réalisateur des très remarqués « Peppermint Candy » et « Oasis » revient avec un nouveau drame voué à remuer les entrailles des plus réticents. L'installation des personnages est assez efficace et le film commence à s'enliser volontairement dans de longues scènes de prière et de chants religieux alors que la mère, désemparée, se joint à groupe de fervents pratiquants. Mais il prend alors tout son sens lorsqu'elle décide de rendre visite en prison au meurtrier de son fils. Le contraste, impressionnant, entre la rebellion tourmntée et l'acceptation béâte, crée une incontrôlable émotion.

Si le scénario pose la question du possibe pardon, il interroge surtout, au travers de la révolte de cette mère blessée, sur le rôle de la religion et la capacité de la foi à changer la haine en amour. La deuxième partie du film constitue ainsi une longue descente aux enfers pour cette femme, allégée par les apparitions d'un persévérant prétendant toujours mal habile. L'actrice principale de « Secret Sunshine », Jeon Do Yeon a reçu le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes 2007. Une récompense amplement méritée, pour un film qui confirme la force créatrice du cinéma coréen.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire