Parce qu'on en a jamais assez !

SCANDALEUSEMENT CELEBRE

Un film de Douglas McGrath

Une crédible resucée

Le journaliste à succès Truman Capote, modain New Yorkais ne cachant pas son homosexualité, décide de consacrer son premier livre aux auteurs d'un meurtre particulièrement sordide...

Ceux qui ont vu en début d'année dernière "Truman Capote", seront déjà familiarisés avec l'histoire contée dans "Scandaleusement célèbre", puisqu'il s'agit d'une nouvelle chronique sur la vie du célèbre journaliste et sur le périple aussi bien créatif que personnel qui l'amènera à écrire son premier (et dernier) livre. Etrangement, le film de Douglas Mc Grath, présenté en compétition à Venise, relate donc les mêmes périodes de la vie de l'auteur, autrement dit la génèse de son unique oeuvre de reportage-fiction: "In cold blood" (de sang froid). On y suit sa rencontre avec deux meurtriers, de leur arrestation jusqu'à leur exécution, dessinant un impact personnel par les liens intime qu'il va nouer avec l'un d'entre eux.

Un peu bancal, "Scandaleusement célèbre" adopte dans une première partie un ton humoristique bienvenu, insistant sur le caractère ordurier du journaliste et sur sa voix de crécelle qui lui vaut à maintes reprises d'être pris pour une femme. Entouré d'une copieuse distribution (Sigourney Weaver, Sandra Bullock...), l'acteur principal, Toby Jones, donne dans l'excès mesuré, déployant bien moins de charme que Philip Seymour Hoffman, oscarisé pour le même rôle. Il en fait malheureusement un peu trop dans la seconde partie du film, où sa relation avec l'un des tueurs (Daniel Creig, brun et loin de James Bond) envahit son existence, tout comme son oeuvre à venir. Le film est sur ce plan là, bien plus démonstratif et donc audacieux que "Truman Capote". Mais malgré une belle conclusion sous forme de commentaire sur la création, le film donne trop dans le mélo et n'a ni la noirceur décalée de son prédécesseur, ni son esthétique poussée, et encore moins l'étoffe d'une vraie comédie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire