Parce qu'on en a jamais assez !

LA SANGRE BROTA

2ème avis - Argentine décrépie

Un garçon fait l'amour avec une camarade de classe mais s'intéresse de près à la petite qui tapine en face de l'échoppe où il aide à fabriquer de l'excstasy. Son père, professeur devenu chauffeur de taxi, se demande s'il doit aider financièrement son autre fils, exilé à Houston...

« La sangre brota » est certainement le meilleur film de la Semaine de la critique 2008. D'abord parce qu'il s'agit d'une oeuvre sans concession, portrait d'une famille dans laquelle la crise a immiscé l'individualité, les enfants se retournant contre leurs propres parents, dont le mode de vie aisé, n'est plus qu'un souvenir. Ensuite, parce que le traitement de l'image, dans les coloris violets, donne au tout un aspect irréel et rassurant, totalement en contraste avec le propos, d'une dureté de chaque instant.

Oscillant entre les destins du père, professeur devenu chauffeur de taxi, dont la gentillesse se heurte avec les bas instincts d'escrocs de ses clients, et celui du fils, drogué, qui après avoir flirté avec une copine de classe, se met à draguer la fille d'une voisine. Leurs interactions avec d'autres personnages, d'une mère rigide et isolée qui voudrait bien se « refaire » et conserver un certain rayonnement, à une autre qui force une adolescente à tapiner pendant qu'elle pouponne, forment un troublant portrait d'un pays dans lequel les conséquence de la crise se font encore sentir. Un film dur, dont le casting mérite toutes les louanges.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire