Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

LE ROLE DE SA VIE

Un film de François Favrat

L'amie public numéro un

Claire ( Karine Viard ) est une jeune pigiste dans un grand magazine féminin. Fille réservée, empruntée, elle s'efface devant les autres, devant tous les autres. Sa rencontre avec Elisabeth Becker ( Agnès Jaoui ), très grande actrice, et personnage égocentrique va lui faire découvrir un autre monde et lui permettre de se faire de nouveaux amis. Du moins le croit elle…

Avant toute chose, ce film est un magnifique numéro d'actrices. Avec un duo entre une Agnès Jaoui pas totalement antipathique et qui semble souffrir de l'être, et une Karine Viard d'abord perdue et qui se voit donnée l'occasion d'exister dans l'ombre de sa nouvelle amie. Tout simplement bouleversant, ce film, qui se veut tout autant une réflexion sur le star system que sur l'ascendant que peuvent prendre certaines personnes sur d'autres, est parfaitement équilibré et sympathique. Le réalisateur a parfaitement capté le fond des personnages et sans jamais verser dans une quelconque caricature, il les décrit sans concession, les laissant souvent seuls face à leur contradiction.

Le personnage interprété par Karine Viard fait partie de ceux que l'on croise forcément dans une vie. De ces gens attachants, car plus sensibles et renfermés que les autres, mais qui se révèlent bien vite énervants par leur coté brimé et soumis. Ceci, Karine Viard le retranscrit avec subtilité, car elle passe auprès du spectateur rapidement de ce coté attachant à celui presque horripilant. Et face à elle, le personnage d'Elisabeth Becker, que tout le monde a envie d'aimer car c'est une star, fait rapidement figure de personne instable, égocentrique et légèrement dépressive. Ce face à face, suspend le film entre description cynique et étude psychologique.

Entre les deux, le personnage du jardinier rentre très vite dans ce cercle, comme enjeu amoureux, est parfaitement maîtrisé par le réalisateur, qui ne s'en sert que pour montrer les sombres habitudes de la star, sans pour autant enfoncer son assistante. Un film où le plaisir des yeux s'accompagne d'une solide réflexion sur la domination et l'ascendance que peuvent prendre certaine personne sur d'autres, comme dans le milieu du cinéma.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire