avec ou sans moustache

ROBINSON CRUSOE

Banal mais aventureux

La fameuse aventure du naufragé Robinson Crusoë, apprenant à survivre en compagnie de la faune de l'île où il a échoué, dont un perroquet qu'il a appelé Mardi...

Présenté en ouverture du dernier Cartoon Movie, « Robinson Crusöe » est une n-ième adaptation du roman de Daniel Defoe (1719). Tentant d'imposer d'emblée une vision originale, en faisant raconter l'histoire par un perroquet au souris du navire venu à leur rescousse, le long métrage ne réussit guère à surprendre, même si les plus petits s'amuseront des pitreries de toute la ménagerie présente sur l'île. Car au delà de la notion de survie de l'Homme, cette version tente une approche de la capacité à apprivoiser l'autre, ici l'animal sauvage, et à en faire un ami, ou tout au moins un allié. Pour cela le scénario met face au caméléon, perroquet, chèvre et autres créatures, de méchants chats issus du navire initial.

De la peinture trop machiavélique de ces bestioles, rachitiques, le poil tordu et les yeux plissés, aux plans fourbes qu'ils préparent pour dévorer tout un chacun, les enjeux restent assez minimalistes. L'animation en images de synthèses, sans grande originalité, se sert convenablement de la 3D (la langue du caméléon face caméra...) et nous livre quelques morceaux de bravoure comme lors de la scène de poursuite dans les canalisations. Malheureusement cette production du studio belge auquel on doit "Le Voyage extraordinaire de Samy" ressemble par moment plus à une attraction de parc à thème, qu'à un film patiemment construit. Dommage.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire