Banniere_Festival_Lumiere_2020

LE PURIFICATEUR

Un film de Brian Helgeland

Manigances cléricales

Suite à un certain nombre de meurtres, un jeune prêtre décide soulever quelques lièvres…

Le nouveau film du réalisateur du déjà peu palpitant Chevalier est un inquiétant thriller religio-fantastique, aussi épuisant visuellement et intellectuellement. Rassemblant les mêmes acteurs que dans le précédent, on se demande si les choix de casting sont ici éloquents. Non seulement on comprend pas grand chose à ces histoires de sectes où un pendu répond à des questions fondamentales, mais on frise le grand guignolesque dans de nombreuses scènes. Entre le prêtre happé sous des grilles à fleur d'eau, des visions du passé sous forme d'ectoplasmes et de sanglantes et inutiles agressions, parfois fort symboliques (un clou dans la main, ça vous dit forcément quelque chose) le spectateur finit par se demander s'il n'hallucine pas lui aussi.

Car les rituels aux voies graves, les effets spéciaux liés aux moments de rédemption, où le fameux purificateur retire les péchés des excommuniés, sont autant de clichés qui ne font pas la cohérence d'un récit. L'esthétique cradingue de l'ensemble n'aide pas non plus à trouver un quelconque intérêt à cet exorciste qui se veut moderne et dont les messages sur la justice et la religion ne passent décidément pas. Aux oubliettes.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire