Parce qu'on en a jamais assez !

PLONGER

Un film de Mélanie Laurent

Une plongée dans les méandres d’un couple

César et Paz s’aiment. Lui est un ex-reporter de guerre, elle est une artiste photographe. Lorsqu’elle tombe enceinte, Paz éprouve le besoin de changer d’air afin de retrouver l’inspiration tandis que César souhaite construire une vie de famille. Petit à petit, ils ne vont plus se comprendre, et ce besoin qu’éprouve Paz s’intensifie après la naissance de leur enfant…

Brassant des thèmes comme l’amour, le deuil, la création artistique, le nouveau long-métrage de Mélanie Laurent nous projette au cœur du couple formé par César (Gilles Lellouche) et Paz (Maria Valverde). C’est leur vie de couple qui est scrutée, de leur rencontre, jusqu’à la fin de celui-ci en passant par leurs incompréhensions, leurs interrogations. Mais ce qui intéresse avant tout la réalisatrice c’est le parcours de cette femme et la volonté de son homme de réussir à la comprendre, à la rendre heureuse. Le personnage de Paz éprouve un certain mal être, un besoin de respirer, étouffée par les bruits de la vie, l’arrivée de son bébé, elle a besoin de partir pour se retrouver. Ses motivations réelles restent difficiles à saisir : pourquoi avoir adopter un requin ? Que cherche-t-elle ? Est-ce pour son travail ou pour elle-même ? Ou pour briser la routine dans laquelle ils se sont enfermés, elle et César ? Le scénario ne répond pas à l’ensemble des questions et prend un virage assez inattendu au deux tiers du film, moment où le personnage de César passe au premier plan.

Maria Valverde illumine l’écran par sa beauté et la justesse de son jeu. Quant à Gilles Lellouche, il est touchant en conjoint amoureux n’arrivant plus à comprendre et saisir la femme qu’il aime. Côté réalisation, c’est à la fois beau et froid, certains passages nous laissant de marbre, à l’image des scènes à Saint-Nazaire quand d’autres - les scènes sous l’eau - relèvent d’une certaine poésie.

Film sur l’amour, le couple, la recherche du bien-être individuel, "Plonger" nous entraîne en apnée dans la vie de César et Paz. Au final, les moments d’émotion et de beauté côtoient ceux plus froids, artistiques et réflexifs. Le couple Gilles Lellouche-Maria Valverde démontre une belle osmose et réussit à faire passer les émotions. Cependant, le film perd parfois sa force émotionnelle et nous laisse, spectateur, dubitatif face à la tournure des événements. A l’arrivée, des questions et pas toujours des réponses car plonger dans la tête de quelqu’un pour savoir ce qu’il ressent n’est pas aisé.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire