Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

PETITS CONTES SOUS LA NEIGE

Avec

Un recueil parfait pour les fêtes de fin d’année

Un recueil de sept courts métrages d’animation narrant les aventures d’un barbu chargé de réveiller les gens, d’un mystérieux poisson, d’une petite fille faisant de la luge, de pêcheurs d’étoiles, de chèvres dans un train, d’une famille de tramway et d’un lapin malin...

Le nouveau programme distribué par Folimage est un délice de tendresse enneigée, qui même s'il propose un ou deux courts métrage un peu décalés par rapport au titre, ne manque pas de cohérence quant aux thématiques qui lient les films : entraide, protection, imagination... Toutes celles-ci parleront sans problèmes aux plus petits, qui s'émerveilleront face à des récits tous poétiques, quasiment tous sans paroles (quelques borborygmes viennent rendre un ou deux plus vivants), et tous porteurs d'une certaine bienveillance.

Le recueil s'ouvre sur "Le réveilleur", histoire de transmission, avec un homme barbu passant de maison en maison pour réveiller les gens, et se faisant payer en "cloches", particulièrement affectionnées par son fils. Mignon comme tout, le film fourmille de détails sympathiques (l'oiseau qui prend refuge dans la barbe...) et sous ses traits façon feutre, allie malice et inversion des rôles entre protecteur et protégé. "Drôle de poisson" suit, avec deux petits poissons échangeant autour d'un mystérieux objet posé sur l'eau (un ballon rouge), qu'ils prennent pour un poisson. Un film esthétiquement magnifique, ironique sur le fond, et en forme d'effet "boule de neige", chacun voulant sauver ce fameux supposé poisson.

Troisième court métrage, "La luge et le dragon" est certainement le plus simple graphiquement, alliant traits de crayon noir et quelque points de couleur (un bonnet, un pull, un pompon...). Sur un fond de musique classique, il s'offre en ode à l'imagination enfantine autour d'une petite fille faisant de la luge, la colline devenant château, la luge devenant dragon et le père, un preux chevalier, toujours là quand il faut. "Pêcheur d'étoile" est ensuite le film le plus poétique, bercé par les bruits de vagues et une musique aérienne. On y suit un père et sa fille sur leurs canoës, s'adonnant à une difficile récolte d'étoiles. Un court métrage esthétiquement magnifique et profondément touchant.

S'en suit "Biquettes", film en papier découpé, suivant des chèvres et une girafe dans un train, tentant de manger au passage quelques feuillages. Amusant, le film n'a cependant aucun rapport avec le thème du recueil. Même chose pour "La famille Tramway", usant de la même technique, mais tourné en stop-motion, qui montre plusieurs générations de tramway et se focalise sur l'aide en intergénérationnel. On appréciera surtout la tendresse de l'ensemble et la manière de traiter les humains comme des silhouettes de papier blanc. Pour terminer, "Le sceptre de Noël" avec son animation traditionnelle, déçoit un peu graphiquement, mais sur le principe de l'effet boule de neige, s'avère amusant par sa série de poursuites et de mésaventures arrivant à un pauvre lapin (réveillé par un pivert, poursuivi par un renard, écrasé par un ours...). Une belle conclusion pour un recueil parfait pour les fêtes de fin d'année.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire