Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

LE PETIT SPIROU

Un film de Nicolas Bary
Avec

Inégal

Spirou aime à traîner avec ses quatre meilleurs potes et n’ose pas déclarer sa flamme à Séverine, sa voisine en classe, qui pourtant n’a d’yeux que pour lui. Lorsque sa mère lui apprend qu’il va intégrer à la rentrée une école pour grooms, il décide d’aller consulter une voyante qui lui prédit un avenir plein d’aventures…

Cette adaptation de la bande dessinée de Tome et Janry est censée poser les bases d'une saga à succès, puisque la collection, commencée en 1990, comporte 17 tomes plus un hors-série. Objet également d'une série télé animée en deux saisons, les aventures du Petit Spirou sont donc une mine d'or potentielle pour le cinéma, que ce premier volet sert donc à introduire, en présentant méticuleusement les principaux personnages, enfants comme adultes.

Si l'on s'amuse des expressions approximatives de François Damiens en prof de sport buveur de bière et des réactions des gamins face aux formes généreuses de leur prof de maths (Gwendolyn Gourvenec, pétillante), il faut bien avouer que les grimaces de Philippe Katerine (le prêtre branché) ne font pas plus rire que ses expressions tirées de chansons de groupes de rock célèbres (Metallica, AC/DC…), leur traduction en français annihilant malheureusement l’effet comique.

Reste la bande de gamins, acteurs en herbe plutôt impliqués et charismatiques, dont la malice transparaît à l'écran, tout comme la complicité de Spirou avec son enchanteur de grand-père (l'inusable Pierre Richard) ou la voyante jouée par Armelle. Très illustrative sur la forme, malgré un découpage qui tire vers la BD, la mise en scène ne surprend pas et s'encombre d'effets inutiles tels les gros plans type western lors des rencontres avec la bande rivale. Des moments que la très instable caméra à l'épaule vient complètement gâcher tant elle donne le tournis. Dommage, car le ton était sympathique, à l'image de la bande originale signée Rolfe Kent (avec en bonus une chanson de Vianney pour le générique de fin).

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire