Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

LES PÉPITES

Un film de Xavier de Lauzanne

Émouvant, peut-être même un peu trop

Christian et Marie-France sont deux globe-trotteurs français partis à l’aventure au Cambodge. Là, ils découvrent la décharge de Phnom-Penh et les petits chiffonniers qui y travaillent, s’y nourrissent et y meurent. Révoltés par cette situation, ils décident de se battre pour sortir ces enfants de la décharge et pour leur offrir un avenir. C’est pour cette raison qu’ils ont créé l’association Pour un Sourire d’Enfant

Avant toute chose, il faut dire que l’histoire de Christian et Marie-France des Palières est assez extraordinaire, car le couple s’est retrouvé un peu par hasard sur la décharge de Stoeung Meanchey, dans la banlieue de Phnom Penh. En effet, c’est en suivant des enfants des rues, sales et mal nourris qu’ils ont découvert l’insupportable spectacle de ces petits chiffonniers condamnés a fouiller chaque jour cet immense champ d’ordures.

Dès le début on comprend que l’objectif du film est non seulement de retracer l’histoire de Pour un Sourire d’Enfant (PSE), mais aussi de nous la faire découvrir au travers du regard de Marie-France et de Christian. Une intention louable et plutôt bien mise en uvre au tout début du film avec de terribles images de la décharge à la fin des années 1990. On se rend bien compte de ce qu’ont pu ressentir les deux Français, et de ce qui les a poussé à agir. Mais après nous avoir fait découvrir la famille des Palières puis la décharge, Xavier de Lauzanne se lance dans une série de portraits avant-après en mélangeant les images qu’il a tournées à la fin des années 1990, la première fois qu’il s’est rendu sur la décharge, et les images tournées plus récemment. Le procédé est intéressant mais les interviews de 1998 sont lourdes et nous plongent dans le pathos jusqu’au cou. L’interview avance laborieusement à coup de questions du genre « qu’est-ce que ça te faisait quand ton papa te frappait ? » jusqu’à ce que la petite fille fonde en larme devant la caméra. Tout cela est plein d’émotion c’est certain, mais on a un peu le sentiment que l’objectif était davantage d’obtenir les larmes de cette petite fille que de nous raconter ce qui lui est arrivé. Ce qui est assez dérangeant.

Évidemment, cette manière de travailler influe sur le découpage du film qui devient un peu bancal. Ces longues interviews n’apportent pas toujours beaucoup de matière alors que des éléments majeurs du fonctionnement de PSE, comme la récolte de fonds, sont survolés. Et on en revient à l’objectif du film : raconter cette histoire en nous transmettant les émotions de Christian et Marie-France. Mais à vouloir rendre son film toujours plus émouvant, de Lauzanne crée des longueurs et oublie certains aspects qui auraient sans doute pu intéresser le spectateur.

De plus, en faisant du couple le centre de son film, le réalisateur néglige ce qui devrait primer sur tout le reste, c’est-à-dire l’association. On a le sentiment que PSE est l’association de Christian et Marie-France avant d’être une association pour l’éducation des enfants de la décharge. Plus que découvrir un couple de retraités atypiques ayant monté un centre au Cambodge, ce qu’on attendait de ce documentaire c’est qu’il nous plonge dans le quotidien du centre. Pour résumer, on aurait voulu plus de PSE et moins de Christian et Marie-France.

Malgré la frustration que cet angle d’attaque crée parfois, le film reste une réussite. Mais ce n’est pas tant par son fond que par sa forme qu’il nous accroche. En effet, on le remarque dès le générique d’ouverture, un vrai soin est apporté à l’image, ce qui n’est pas toujours le cas dans les documentaires. Les mouvements de caméra sont fluides, le cadrage est harmonieux, la lumière est très belle, et tout cela donne une très jolie teinte et une vraie identité à l’image. Xavier de Lauzanne en fait toujours beaucoup en intercalant des plans de transition dès qu’il en a l’occasion, mais lesdits plans étant magnifiques, cela nous parait beaucoup moins lourd que d’autres procédés qu’utilise le réalisateur français.

Au final, on se dit que ce centre aurait mérité un autre traitement. Certes il n’existerait pas sans nos deux stars du jour, mais aujourd’hui PSE est très bien implanté à Phnom-Penh et pourrait très bien fonctionner sans ses fondateurs. C’est d’ailleurs ce qui est dit dans la conclusion. Loin de nous l’idée de nier l’exceptionnel travail qu’on fait les des Palières, mais on aurait aimé que PSE soit davantage mis en avant, et de manière un peu plus complète…

Adrien VerotEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire