Parce qu'on en a jamais assez !

PASSAGES

Un film de Yang Chao

Road Movie du désenchantement

Un couple de lycéens sèche les cours et longe le fleuve pour se rendre à la ville. Leur objectif : acheter des souches de champignons, pour les cultiver et devenir riches…

Passages se scinde clairement en deux parties. La première, une sorte de road movie, se déroulant sur les rives du fleuve, sur fond de crise et d'espoir, s'avère captivante. La seconde est celle du retour à la réalité, et reste assez poussive.

Durant ce voyage fait de ruines, d'usines désaffectées ou de bateaux clandestins, l'image, sombre, baignée de gris, donne une idée de la torpeur dans laquelle se situe le pays. Du coup, nos deux tourtereaux, naïfs et pleins d'espoirs, sont un peu le soleil de ces images, à la fois volontaires et débrouillards. L'absence d'infrastructures ou d'argent n'est pas un problème pour eux.

La deuxième partie n'a ni le style, ni l'esthétique du parcours premier. Le désenchantement y est omniprésent. La crédulité des jeunes gens, leur désoeuvrement, l'influence galopante du mythe de l'argent facile, deviennent les sujets principaux, reléguant l'intimité du couple au second plan, tout comme l'état du pays. Du coup la tristesse nous envahit, un peu trop.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire