Banniere_Festival_Lumiere_2020

PAS DOUCE

Un film de Jeanne Waltz

Puissant drame

Une infirmière au bord de la crise de nerf est sur le point de quitter sa ville de La chaux de fonds, en Suisse. Finalement décidée à se suicider, elle se rend en forêt avec sa carabine, mais au lieu de se tirer elle-même une belle dans la tête, elle vise un gamin qui agressait un de ses camarades...

Avec un pitch de départ qui n'est pas sans rappeller celui du 'Fils' des frères Dardenne, puisque l'infirmière va devoir ici elle-même soigner sa victime, 'Pas douce', co-production Rhône Alpes cinéma traite de la culpabilité et de la capacité au pardon. Par à coups, une sombre colère intérieure se déchaîne, aussi bien du côté de la fille que du jeune garçon qu'elle a blessé. Chacun leur tour, ils malmènent ainsi leurs proches, à leur façon. Ensemble, ils vont apprendre à communiquer à nouveau et surtout à faire confiance.

D'une violence psychologique rare, 'Pas douce' bénéficie d'un environnement aussi beau que triste que constitué par les paysages humides d'une Suisse aussi reculée que ses habitants semblent peu impliqués. L'interprétation tourmentée d'Isild Le Besco est pour beaucoup dans la réussite du film. Désarmante et troublante de désarroi, elle sait faire passer une fragilité et un monceau d'incertitudes qui vont se transformer en une salvatrice prise de responsabilité. Face à un père détestable et un amant découragé, elle va peut être enfin prendre conscience de ses propres hésitations. Une oeuvre sombre et brillamment mise en scène qui vous prend forcément aux tripes.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire