Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

OSKAR ET LILY

Un film de Arash T. Riahi

Voir les réfugiés autrement

Oskar et Lily vivent avec leur maman à Vienne. Ce sont des réfugiés. Le jour où la police vient les chercher pour les réexpédier chez eux, six ans après leur arrivée, la mère s’ouvre les veines. Elle sait que ses enfants ne seront pas renvoyés sans elle. Oskar et Lily se retrouvent chacun placés dans une famille d’accueil, sans savoir si leur mère est encore en vie…

Oskar et Lily film image

Les deux personnages qui donnent leurs noms au film sont campés par deux formidable jeunes acteurs. Aussi bien la jeune fille que le très jeune petit garçon livrent des performances d'une profondeur rare. Des performances qui ne jouent pas seulement sur l'émotionnel lié à des personnages enfantins, mais apportent surtout une réflexion autour de l'adaptation et de la vie quotidienne des réfugiés qui ne sont pas dans la précarité la plus totale. Des réfugiés dont les médias ne parlent pas, car leur situation n'est pas dramatique et fait donc moins vendre.

En conservant une structure très restreinte, et sans vraiment tracer une chronologie précise, le film décrit les moments forts du quotidien de ces deux enfants, qui vivent dans l'ignorance de leur sort et de celui de leur mère, mais aussi dans la culpabilité de prendre du plaisir et d'apprécier leur nouvelle famille sans savoir si leur mère est toujours vivante. Et dans l’espérance de vivre une fois qu'ils auront la réponse à cette question.

Les deux enfants font preuve de conscience et de maturité face à un monde adulte volontiers incohérent. À la manière des "Lettres Persanes", les deux enfants, par leur statut de réfugiés, dressent un portrait des comportements et pratiques tabous ou acceptés de l'Autriche contemporaine, que ce soit la prostitution, la fin de vie, ou de manière plus légère, le végétarisme.

D'une très belle facture, ce film est une grande réussite, une très belle proposition à laquelle on pardonnera quelques longueurs, facilement compensées par des moments de tension qui jouent avec l'imagination (perverse, sadique et habituée à la violence ?) du spectateur.

Thomas ChapelleEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire