Banniere Festival Alpe d'huez 2023

NOS AMIS LES TERRIENS

Un film de Bernard Werber

Plutôt inventif et critique

Si les extra-terrestres décidaient de faire un documentaire sur les humains. Ils enlèveraient deux spécimen (homme 1 et femme 2) et les mettaient dans une cage aux parois invisibles. Ils observeraient également leurs conjoints (femme A et homme B) dans leur milieu naturel, grâce à de minuscules caméras…

Aux détracteurs de ce faux documentaire nous dirons d'emblée que les quelques bonnes idées du film, menant à une critique assez juste (et certes simpliste) de la société moderne et des rapports humains, suffisent à donner une allure cohérente à cette entreprise casse gueule. Aux commandes, l'auteur réputé Bernard Werber, qui passe pour la première fois derrière la caméra, avec une fausse étude de comportements, pourvue d'un commentaire convenablement écrit et relaté en voix-off. Les idées amusantes sont bien au rendez-vous, quoi qu'en disent les rabbat joie, réalisant au passage quelques fantasmes secrets, comme notamment de voir des humains s'approprier une roue à hamsters de taille proportionnée.

De deux, nos cobayes passeront bientôt à huit, puis une trentaine, développant des comportements sociaux classiques, mais provoqués par divers objets ou animaux: le poulet vivant puis cuit, la tlécommande symbole de pouvoir, la capote usagée... Certes, l'identification du dominant, ou du souffre douleur n'a rien de nouveau, mais Werber s'amuse à exploser ces clichés là, en montrant les cas particuliers et le pouvoir « révolutionnaire » de l'homme. Les parties en milieu naturel sont moins édifiantes, plus proche du détournement d'images d'archives par un commentaire naïf que d'une véritable expérience. Le film revêt cependant une certaine cohérence de ton, indéniable.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire