Parce qu'on en a jamais assez !

NORTHFORK

Un film de Michael Polish

Une fable hors du temps : énigmatique et superbe

Alors que le village de Northfork devrait prochainement être englouti lors de la mise en eaux d'un immense barrage, les derniers habitants se préparent à choisir entre une mort certaine et l'acceptation d'un déracinement, encouragé par les fantomatiques employés du gouvernement chargés d'évacuer la zone…

Choisissant de situer leur récit au cœur des années 50, les frères Polish (" Les frères Falls ") n'en ont pas moins écrit une histoire intemporelle sur la fin d'un monde, que chacun se prépare à sa façon, à quitter. Et les perceptions de l'événement funeste annoncé se télescopent à l'image, comme se mêlent peu à peu la réalité et le rêve.

Ces réactions, humaines, font références à un imaginaire collectif, renvoyant à l'arche de Noé, ou à la présence d'anges sur terre, qui parlera plus ou moins à chacun d'entre nous. Cependant l'orchestration raffinée des rencontres de chacun avec sa volonté de vivre, avec son attachement aux lieux, révèle de beaux moments surréalistes dont les paradoxes ou incohérences troublantes nous vont droit au cœur.

Au final, la mise en scène polissée et les paysages désertiques magnifiquement mis en lumière, finissent par créer une sorte d'apaisement, comme si le traumatisme inévitable était déjà dépassé. Et si certains personnages, tout droit sortis d'un imaginaire enfantin, ressemblent plus à des pantins inquiétants qu'à des symboles de plénitude, on s'attachera étrangement à cette galerie de portraits insolites, où la nature de l'homme transparaît, au delà des logiques individuelles.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire