Parce qu'on en a jamais assez !

MINUSCULE 2 : LES MANDIBULES DU BOUT DU MONDE

Une suite à toute allure, aux influences plus lisibles

Après que les fourmis se sont introduites dans l’épicerie pour dérober une boite de sucre, un jeune enfant coccinelle se retrouve enfermé dans un paquet de conserves de châtaignes. Expédié en Guadeloupe, il va devoir faire face à de multiples dangers, alors qu’une fourmi et une araignée décident de partir à son secours…

Les premières scènes de ce "Minuscule 2" remettent d’emblée en mémoire les personnages principaux déjà au centre du premier épisode : une famille de coccinelles (le fils tentant ici de transporter une pomme bien plus lourde que les baies habituelles…) et une bande de fourmis noires (tentant de voler une boite de sucre, clin d’œil à l’intrigue du premier volet, dont on s’éloignera vite ici).

Après une série télé de deux saisons et un long métrage très réussi, au succès presque inattendu ("Minuscule: la vallée des fourmis perdues", 2014), ce second volet adopte un rythme plus soutenu, synonyme d’aventures et de rebondissements. Il rend aussi ses influences beaucoup plus lisibles, qu’il s’agisse d’Indiana Jones (la poursuite entre les cartons, un rouleau de scotch lancé à toute allure servant de menace…) ou de Disney (Pinocchio, Alice au pays des merveilles, Là-haut), tout en introduisant de nouveaux dangers plus « exotiques », avec de drôles d’araignées, des mantes religieuses hypnotiques, ou autres crabes.

Toujours sans paroles, le film capte les moindres expressions des petites bestioles, grâce à un gros travail sur le son, les bruitages liés à des références humaines (courses automobiles ou autres…) créant d’amusantes allégories. Une œuvre ludique, aux résonances de conte, qui outre ses références amusantes, fait aussi apparaître de vrais personnages humains, interprétés avec notamment par Bruno Salomone et Thierry Frémont, qui font passer beaucoup, à travers d’un minimum d’expression. Un parfait divertissement pour ces vacances d’hiver qui s’annoncent.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire