Festival de Venise 2019 banniere

MEDIEVAL PIE

Un film de David Leland

Ratage complet

Alors que le chef de la police lui déclare sa flamme, la fille d'un marchand lui révèle qu'elle est déjà promise à un prince russe. Mais, déguisée en bonne soeur, elle n'est pas insensible aux charmes d'un mystérieux jardinier...

Ne vous y trompez pas, « Medieval pie » n'a strictement rien à voir avec la franchise à succès des « American pie » ou avec ses dérivés récemment sortis directement en DVD. Certains distributeurs ont visiblement pris l'habitude d'estampiller « comédie pour ados », leurs films, en allant jusqu'à utiliser les codes couleurs de l'affiche de la comédie originale: fond blanc et titre dans un cadre rouge incliné... « Medieval pie » est en fait une adaptation de plusieurs histoire tirées du Decameron de Bocacce , qui a déjà donné au cinéma le célèbre film de Pasolini. Une idée déjà éprouvée, avec le succès par exemple de « Sex intentions » avec Sarah Michelle Gellar, adaptation teenage des « Liaison dangereuses ».

Point de grosses blagues grasses ici, ni de véritable subversion érotique non plus d'ailleurs. Si les filles s'extasieront peut-être sur les formes silencieuses de Hayden Christensen (« Star Wars », « La maison sur l'océan »), lors des multiples scènes de bains avec d'improbables nymphettes religieuses, ces quelques moments donnent aussi une assez bonne idée de l'inexistence de son rôle d'éphèbe. Face à lui, Tim Roth montre les dents sans trop de conviction, et Misha Barton joue les belles évasives, le tout dans un scénario incompréhensible et pas drôle. On est bien loin de « Beaucoup de bruit pour rien », comédie de Branagh dans laquelle, au moins, les badinages voulaient dire quelque chose.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire