Parce qu'on en a jamais assez !

LOIN DES HOMMES

Un film de David Oelhoffen

L'impossible neutralité

Un homme isolé, à l'accent étrange, parlant à la fois français et arabe, enseigne à des élèves dans une école algérienne de montagne. Il se voit confier un prisonnier accusé d'avoir tué son cousin. Chargé de l'escorter jusqu'à une ville lointaine, lieu de son futur jugement, il va tenter de s'extraire de cette tâche...

Au cœur des paysages sublimes de l'Atlas, par essence hautement cinématographiques, se trame le destin d'un instituteur, venu chercher un certain isolement, qui refuse de prendre parti dans un conflit qui n'est pas le sien. Revenant sur le début de la guerre d'Algérie, le film de David Oelhoffen ("Nos retrouvailles") aborde ce conflit comme rarement, osant mettre le doigt sur les comportements longtemps racontés du point de vue unique des Français. Partant du regard extérieur de l’instituteur, Oelhoffen montre les luttes intestines d'un peuple, entre rebelles et harkis, les vengeances aveugles, les jugements rapides, pour au final replacer l'humain dans ce contexte aride dans tous les sens du terme.

Se transformant rapidement en road-movie, "Loin des hommes" évoque par sa forme le déracinement, choisi ou forcé. Au fil du parcours de ces deux hommes et des dangers qui surviennent (l'existence de villageois vengeurs comme poursuivants, la rencontre avec un convoi militaire, une prise d'otages...), le métrage montre également les exactions des deux camps, le non-respect des lois, mais aussi l'impossibilité de rester neutre. La caméra, ballottée au rythme de l’essoufflement des deux personnages principaux, les suit fébriles. Et le choix de rendre l'armée française quasi invisible rend encore plus réalistes les scènes de bataille entre ennemis inégaux.

Portrait d'un homme qui ne souhaite pas s'engager en faveur d'une des deux parties, le film pose au passage la question du sort des harkis, mais aussi de ceux qui seront toujours des étrangers en ces terres (ici, les émigrés andalous). Viggo Mortensen s'avère bouleversant dans le rôle principal, incarnant un homme non pas fuyant, mais déterminé à rester hors du monde, pour des raisons qui seront dévoilées sur le tard. Face à lui, Reda Kateb est impressionnant de résignation et de terreur à peine contenue. Reparti injustement bredouille du Festival de Venise 2014, le film est tout simplement un bijou d'humanité, et certainement d’ores et déjà l'une des œuvres les plus troublantes de cette année 2015.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire