Banniere_Face_a_Face_2022

LIVERPOOL

Un film de Lisandro Alonso

Ou comment faire du vide avec rien

Un homme, travaillant sur un navire cargo demande à son capitaine l'autorisation de débarquer à Ushuaïa, une des escales. Il souhaite en profiter pour se rendre dans le village de son enfance et voir sa mère, qu'il n'a pas vu depuis très longtemps... Une fois sur place, il se découvre une jeune soeur...

Sur un rythme rock'n'roll, le générique entraînant nous laisse présager d'un film des plus réjouissant. La première scène, qui présente des jeunes s'amusant avec un jeu de foot sur une console vidéo, semble nous promettre un film adolescent dont le titre « Liverpool » laisse peut-être entendre qu'il traitera de l'équipe de football de cette même ville. Que nenni ! Après cette introduction de 3 minutes, le cinquième long-métrage de Lisandro Alonso (jeune Argentin de 28 ans) nous transporte dans un navire cargo au large de l'Argentine, au beau milieu de l'océan Atlantique. On y découvre Farrel, une quarantaine d'années bien tassée, sans attache familiale et qui a pour seule amie sa bouteille d'alcool fort, dont il ne se sépare jamais !

Une fois débarqué, on le suit, comme dans un road-movie, dans un voyage vers ses racines. Mais point de voyage initiatique ici, point de voyage aventureux non plus, la vie de Farrel est aussi vide qu'une bonne bouteille de vodka torchée lors d'une soirée entre amis. Et on s'impatiente rapidement qu'il arrive enfin quelque chose à notre lonely cowboy ou à la communauté du petit village qu'il atteint au bout de quelques jours. Mais non, rien. Rien que des longs plans séquences où Farrel se fait prendre en auto-stop, où il mange au restaurant, où il marche dans la neige, où il regarde la télévision. Rien que des longs plans séquences où un vieux pousse une brouette, où deux amis jouent aux cartes, où un vieil homme nourrit une vieille femme. Rien ne vient troubler la vie de nos gentils (z)héros !

Alonso livre un film méditatif et contemplatif. Autrement dit où on s'ennuie ferme. Il livre aussi un film techniquement de qualité : les cadrages sont parfaits, les lumières sont intenses et les focales utilisées mettent agréablement en valeur chaque scène de son film. Mais cela n'empêche malheureusement pas l'ennui... Et les jeunes adolescents du début jouant avec leur console vidéo, me direz-vous ? Et bien non seulement on n'en entendra plus parler, mais on se demandera aussi en quoi cette scène aura bien pu servir le film ! Aussi mystérieux que la vie de Farrel en quelque sorte...

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire