Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LITTLE MISS SUNSHINE

Une délicieuse comédie sur la poursuite des rêves et l'acceptation de l'échec

Alors qu'elle vient de gagner sa place dans un concours de beauté pour petites filles, la famille de Olive décide de lui permettre de réaliser son rêve en l'emmenant sur place en Floride. Des milliers de kilomètres qu'ils vont tous parcourir dans le vieux van familial...

"Little Miss Sunshine" sera à coup sûr la comédie américaine de la rentrée. De celles qui fleurent bon à la fois le politiquement incorrect et qui vous redonnent du courage à revendre. Flanquée d'un père formateur, d'une mère surexcitée, d'un oncle dépressif, d'un grand père obsédé et d'un frère qui a fait voeux de silence, la petite Olive va donc partir à la rencontre d'un destin dont elle a rêvé en regardant la télé ou en admirant ses copines. Mais Olive est bien mignonne, mais elle a les dents du bonheur et se trouve être toute potelée.

Si forcément elle en prendra pour son grade, ce sera aussi le cas de tous les autres personnages, aussi pathétiques qu'attachants dans leurs faiblesses, leurs espoirs déçus. Et leurs petites déviances, comme les bouquins pornos du grand père, leurs serviront parfois de planche de salut. Irrévérencieux, le film fustige à la fois l'autorité exagérée de la police et l'esprit du "tout est possible" à l'américaine. Le père en est le symbole patent, débitant à longueur de journée un discours tout fait sur les winners et loosers, seule voie possible selon lui.

Le film montre qu'il existe une autre voie. Celle de la tentative et de l'acceptation des échecs. Ce road movie passe heureusement plus de temps sur une route ^ù de nombreux obstacles se dresseront sur leur chemin avant qu'ils puissent atteindre leur objectif. Parabole sur la vie, tout simplement, le voyage se termine par le fameux concours de beauté. Avec une scène de fin des plus délirantes, concluant cette délicieuse comédie amorale, prônant la différence, et laissant chacun des formidables interprètes s'en donner à coeur joie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire