Parce qu'on en a jamais assez !

KANDAHAR

Voyage insolite

Une canadienne d'origine afghane doit rejoindre sa sœur à Kandahar, dans le Sud de l'Afghanistan. Pour ce faire, elle se rend au Pakistan, d'où elle tentera de franchir la frontière, habillée du fameux voile, sorte de robe intégrale masquant la moindre trace de chair…

Le voyage des retrouvailles se transforme en course contre la montre lorsque l'on apprend que la sœur a promis de se suicider lors de la prochaine éclipse du soleil, chronologiquement toute proche. De ce périple désespéré naîtra nombre de rencontres insolites, reflets d'un pays politiquement et culturellement fermé, où la femme n'a qu'une place toute relative.

Aux unijambistes qui attendent aux portes des camps des ONG qu'on veuille bien leur léguer des prothèses tombées du ciel, succèderont les enfants mendiants qui vous trahissent pour une bouchée de pain, les faux-maris possessifs qui se révèlent passeurs d'occasion, ou les médecins de campagne parlant miraculeusement anglais.

Makhmalbaf fait ainsi se succéder les situations à la fois absurdes et significatives, souvent doublées d'une imagerie superbe. Magnifique scène avec les hommes en béquilles courant au devant de paires de jambes de plastique suspendues à des parachutes ! Merveilleux tableaux que les femmes, vêtues de voiles monochromes (indigo, vermeil, noir…) qui arpentes les dunes.

Mais ce que saisit finalement le mieux le réalisateur iranien au travers de cette beauté trahie, c'est tout le poids de l'interdit, et cette sensation de solitude de la femme, qui, comme son héroïne, ne peut se fier à personne. Un film lent, qui en dit long.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire