Parce qu'on en a jamais assez !

JOURS DE PÊCHE EN PATAGONIE

Un film de Carlos Sorin

Recherche de contact

Marco a eu un grave problème de santé. Tentant de se reprendre en mains, il s'octroie quelques jours de vacances en Patagonie, espérant s'initier à la pêche au requin, et revoir sa fille, perdue de vue depuis un certain temps...

Est-il possible de rattraper ses erreurs passées ? L'âge grandissant et les épreuves de la vie aidant, est-on capable de changer et de s'intéresser aux autres plus qu'à soi-même ? Voilà deux questions que le dernier film de Carlos Sorin (« Historias minimas », « Bombón el perro », « El camino de Santiago »), tente d'aborder avec une délicatesse non dissimulée. Une délicatesse tournée avant tout vers ses personnages, ce père paumé au regard avide d'une vie qui semble lui échapper, ces gens qu'il rencontre sur la route et avec lesquels il est si facile de familiariser, et surtout cette fille, hésitant entre intérêt et mépris, entre affection affleurante et peur incontrôlable.

Ce nouveau road movie emprunt de la solitude apparente des terres argentines, mêlange chaleur des gens, et vent omniprésent dont la violence, est l'occasion pour le réalisateur de retrouver la Patagonie, sans renier le caractère contemplatif de son œuvre. Servi par un interprète principal confondant, Alejandro Awada (« El aura », « Les neufs reines »), qui donne à Pedro la béatitude de ceux qui renaissent à la vie, curieux de tout, bienveillants et attentifs, ainsi que la fêlure nécessaire à ce voyage du dernier contact avec le monde et avec les siens, Carlos Sorin nous livre un de ces récits doucereux dont il a le secret, alliant difficultés sociales et relationnelles, un humour simple basé sur l'observation (voir la scène des peluches chantantes...), à une humanité palpable, renforcée ici par la musique de Nicolas Sorin, utilisée avec parcimonie pour souligner l'espoir et la liberté plus que le drame.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire