banniere-reflets-2019-2

IRREPROCHABLE

Un thriller bien maîtrisé, porté par une actrice encore trop sous-estimée

Constance, agent immobilier, squatte un appartement destiné à la vente. Elle a visiblement perdu son emploi et cherche à renouer contact avec d'anciens collègues dans l’agence de sa ville natale où elle a débuté sa carrière. A l’arrivée, c’est un accueil un peu froid qui lui est réservé. Un poste est libre mais c’est une autre candidate, tout juste sortie de l’école, qui décroche le job. Constance commence alors à s’intéresser de très près à cette jeune femme...

Sachant qu’il s’agit d’un thriller, le titre est d’emblée suspect. On se doute bien que cette Constance, qui squatte des appartements vides de son agence qui l’a licenciée, n'est pas si irréprochable que ça. Pourtant, Sébastien Marnier ne laisse rien paraître pendant la première moitié de son film. Les mensonges sortent abondamment de la bouche de sa protagoniste mais elle le fait certainement plus pour garder la face que pour tromper. Déjà auteur de trois romans avant de passer derrière la caméra, Sébastien Marnier déploie pour son premier long-métrage une impressionnante maîtrise du rythme et du suspense en tissant une toile scénaristique travaillée, sans jamais être complexe, dans laquelle rien n’est laissé au hasard. Même les séquences les plus anodines ont leur intérêt dans la compréhension du personnage insaisissable de Constance.

Le réalisateur distille les pistes qu’il n’activera que bien plus tard, travaille son personnage principal dont on découvre au fur et à mesure sa multiplicité. Hyperactive, sûre d’elle, déterminée, versatile, charmeuse et manipulatrice, elle est prête à tout pour récupérer l’estime de ses anciens collègues qu’elle a perdue lorsqu’elle a claqué la porte pour tenter sa chance à Paris. Marina Foïs, qui avait déjà démontré l’étendue de son talent dans "Polisse" de Maïwenn, est brillante dans chacune de ses apparitions. De son phrasé, jusqu’à sa manière de se tenir en entretien, rien n’est laissé au hasard dans le jeu de l’actrice qui interagit avec des comédiens non moins convaincants. Les traits de son visage amaigri et fatigué couplés à ce corps svelte, énergique que Constance entretient avec une rigueur militaire, symbolise toute la dualité de ce personnage complexe admirablement écrit et travaillé. La réussite du film lui doit beaucoup, et l’on espère que le cinéma le lui rendra pour la suite de sa carrière.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire