Bagniere comedies_confinement-04

L'INVITE

Un film de Laurent Bouhnik

Le dîner de con de mon meilleur ami au placard

Après trois ans de chômage, Gérard obtient enfin un rendez-vous qui semble porter ses fruits. Ultime étape avant d’obtenir le travail tant attendu, il doit recevoir chez lui l’intégrateur de compétences pour un dîner officiel. Son nouveau voisin, un as de la communication, les prend lui et sa femme en charge pour les mener à la victoire. Vous me croirez si je vous dis que tout va bien se passer?...

Où est passé Laurent Bouhnik ? Pas un faux pas dans sa filmo, de « Select Hôtel » à « 24 h de la vie d’une femme » en passant par « Zonzon » ? Est-ce le registre de la comédie qui s’est révélé plus délicat ? Quoi qu’il en soit, « L’invité », adapté d’une pièce de théâtre, n’est rien d’autre qu’un vulgaire vaudeville. Qui plus est, produit par EuropaCorp et estampillé TF1 Productions.

Après avoir dit cela, que peut-on bien ajouter d’autre ? « L’invité » s’est paré de tous les ingrédients nécessaires à faire un beau menu : un Thierry Lhermitte aux mêmes mimiques que dans le « Dîner de cons » le regard vif et le verbe acerbe, un Daniel Auteuil rescapé du « Placard » et de « Mon meilleur ami » joyeusement bourré et énervé contre son épouse, une Valérie Lemercier copiée/collée des « Visiteurs » en plus quiche. Mais comment se fait-il que les comédiens soient seulement à 10 % de leur capacité. A-t-on bien insisté pour tirer le meilleur parti de leur talent ?

Ah, quand on vous dit que faire une comédie n’est pas simple, eh bien c’est vrai ! La preuve avec ce nanar qui fera les beaux jours de TF1 (le dimanche soir par exemple) mais certainement pas du box-office. Le rythme comique n'y est pas, Les gags sont au ras des pâquerettes, le meilleur étant celui qui n’était pas prévu : « Mais vous n’avez que des disques de chanteurs morts ! » balance Lhermitte au couple Auteuil-Lemercier. A cette remarque, cette dernière ne trouve rien d’autre à dire que « Ah non, on a un disque de Pavarotti en concert ! » Oui ben il est mort maintenant celui-là !!

Finalement la morale est sauve : « Restons soi-même » nous dit Hippolyte Girardot. En d’autres termes « Rien ne sert de jouer la comédie », et surtout rien ne sert de jouer celle-ci.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire