Bannière Festival Lumière 2021

INVINCIBLE

Un film de Angelina Jolie

3 ans de calvaire, c'est long

Louis Zamperini est un jeune Italo-Américain qui, après avoir peiné à trouver sa place, s’est finalement découvert un talent pour la course à pied. Il n’a alors qu’un rêve, aller à Tokyo pour participer aux Jeux olympiques. Mais bientôt débute la Seconde Guerre mondiale, Louis est alors appelé comme bombardier. Mais lors d’une mission, son avion s’écrase en mer. C’est le début d’un calvaire de plus de trois ans, qui le mènera de l’océan pacifique aux camps de prisonniers japonais, et durant lequel il n’aura qu’un seul but, survivre…

"Invincible" est le second film d'Angelina Jolie réalisatrice et son deuxième film de guerre après "Au Pays du Sang et du Miel". Un sujet qui semble donc lui tenir à cœur et qu'elle a traité proprement mais sans surprendre une seconde ses spectateurs. Au point que l'histoire de Louis Zamperini, aussi incroyable qu'elle puisse être, nous apparaît comme celle de milliers d'autres prisonniers de guerre de l'époque, mis à part le fait qu'il est un athlète olympique.

La première partie du film est construite en montage alterné et relate l'enfance de Zamperini, son passé d'athlète et sa vie de G.I. jusqu'au crash de son avion. Une narration pas vraiment déplaisante mais qui n'apporte pas grand-chose au personnage que l'on a pu cerner dès les premières scènes comme un jeune homme un peu tête brûlée, mais au grand cœur. Et c'est un peu cela le problème du film, les séquences sont longues et détaillées, mais sans relief.

La longue partie pendant laquelle Louis est fait prisonnier par les Japonais en est un bon exemple. Les scènes se suivent et se ressemblent, sans qu'un quelconque enjeu ne se dessine. Évidemment il ne peut rien se passer au niveau de l'histoire puisqu'il s'agit non seulement de l'adaptation d'un roman, mais de l'adaptation d'un roman lui-même tiré d'une histoire vraie. Autant dire que scénaristiquement, la marge de manœuvre était restreinte.

Qu'à cela ne tienne me direz-vous, Angelina a peut-être axé son film sur les relations entre les personnages, comme c'est souvent le cas dans les films qu'on pourrait qualifier de lents. Il n'en est rien. Non, le film est lent et plat, et non seulement les relations entre les personnages n'évoluent quasiment pas, mais on pourrait presque dire qu'elles sont stagnantes.

Les trois personnages les plus déterminants dans le tragique destin de Louis sont son grand frère Pete, qui le pousse à faire de la course, Phil, son camarade de naufrage et Mutsushiro Watanabe, officier japonais par deux fois son geôlier. Le premier disparaît assez rapidement après avoir dit à son petit frère qu'il croyait en lui, ce qu'il lui répète depuis le début du film. Le second n'est véritablement présent que durant les 27 jours de naufrage, même si ça crée des liens, difficile de vraiment les appréhender. Quant au troisième, il répète encore et encore les mêmes brimades spécifiquement cruelles envers Zamperini durant toute la seconde moitié du film.

Il ne se passe donc pas grand-chose non plus sur le plan émotionnel mis à part quelques jolis moments qui sortent un peu du lot. Attention, ne vous y trompez pas, l'histoire en elle-même est puissante, malheureusement, la Seconde Guerre Mondiale et ses prisonniers sont un sujet déjà maintes et maintes fois représenté au cinéma. Autant dire qu'au regard de tout ce qui a déjà été fait, "Invincible" n'est qu'un énième film relatant le destin à la fois tragique et extraordinaire d'un homme à qui cette sale guerre a tout pris ou presque. Pour éviter de spoiler ceux qui compte voir le film, on ne vous dévoilera pas la conclusion, et on dira simplement qu'elle est intéressante mais pleine à ras bord de bons sentiments un tantinet agaçants.

Adrien VerotEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire