Banniere_Festival_Lumiere_2020

L'INTELLIGENCE DES ARBRES

Avec

Deux documentaires proches sur le fond mais radicalement différents sur le fond

Deux documentaires sur les liens entre les arbres ou les espèces végétales. Comment elles dépendent les unes des autres, ou communiquent entre elles…

S'il n'est pas étonnant de voir les deux documentaires "Les trésors cachés des plantes" et "L'intelligence des arbres" unis, sur le fond, dans un même programme, on sera en droit de s'interroger sur l'ordre choisi pour présenter ceux-ci. En effet, le premier, "Les trésors cachés des plantes" présente, au travers d'interviews en forêt de quelques chercheurs ou environnementalistes, les dernières découvertes et théories sur la nature des espèces végétales, leur relation aux sons (ou vibrations) et leur capacité à mobiliser ceux ci pour communiquer, se protéger, etc. ... Le second, "L'intelligence des arbres" se concentre lui, au travers du discours alterné d'une chercheuse canadienne et d'un garde forestier allemand (ayant écrit La Vie Secrète des Arbres), sur le réseau formé entre les espèces végétales grâce aux systèmes racinaires et aux mycorhizes : le Wood Wild Web (analogie avec le World Wide Web).

L'ordre de projection inversé nous aurait ainsi paru plus logique, les connaissances exposées dans le second film étant finalement plus installées que celles du premier, et parfois nécessaires à la compréhension des ouvertures que propose celui-ci. Une inversion d'ordre que la différence de forme entre les deux films vient aussi appuyer, puisque le second, qui donne son titre au recueil, est bien plus formaté et sensationnaliste (effets spéciaux, musique anxiogène, femme qui ère dans les bois et observe ou caresse les arbres…), alors que le premier donne dans la simplicité d'interviews illustrées par de simples schémas ou vues plus larges sur la forêt. Le fond n'en reste pas moins captivant, malgré ce petit déséquilibre, "Les trésors cachés des plantes" s'avérant au final bien plus riche en découvertes que celui qui donne son titre au recueil.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire