Parce qu'on en a jamais assez !

INSIDE

Un film de Andrés Baiz

Deux films pour le prix d'un

Adrian, jeune chef d’orchestre colombien, découvre en rentrant chez lui un message vidéo de sa fiancée, Belen, qui lui apprend qu’elle le quitte. Désespéré, il se rend dans un bar où il fait la connaissance de Fabiana, une serveuse qui le recueille un soir chez elle alors qu’il a trop bu. Une relation commence entre eux. Mais la police commence à s’intéresser à la disparition de la fiancée…

« Inside » est indéniablement un brillant thriller hispano-colombien, support d'un suspense haletant, dû à une montée en puissance de la tension parfaitement calculée. Allant crescendo dans l'oppression, les manifestations étranges dans la maison (coupures de courant, vibrations dans l'eau du lavabo ou de la douche, eau qui devient bouillante d'un seul coup...) se doublent d'une présence grandissante de la police, avec un inspecteur soupçonneux et son acolyte silencieux, cure-dent à la bouche. Le film navigue ainsi dans sa première partie entre film de fantômes et enquête policière juste esquissée, mais assez efficace pour nous guider vers diverses pistes.

La seconde partie du film, long flash-back sur les moments heureux entre Adrian et sa fiancée, décrit notamment l'installation dans la maison. Elle ne fait que renforcer les doutes concernant la disparition de la fiancée, décrivant les soupçons d'adultère que celle-ci développe. Et elle renforce aussi le sentiment que cette maison, occupée dans le passé par une famille d'immigrés allemands, cache certainement quelque chose... Une fois le retournement de situation passé, l'entrée dans une troisième partie se fait alors avec un changement de style adéquat, sans pour autant relâcher la pression sur un spectateur malmené.

Le suspense est alors à son comble, même s'il change de nature. Une lutte s'engage, déployant des trésors de perversité, car il s'agit dans le fond ici de récupérer ou conserver sa vie... « Inside », thriller captivant, montre ainsi la complexité des sentiments amoureux, mais aussi une certaine logique de la femme impliquée ou jalouse qui peut, selon la situation, faire beaucoup de dégâts. Et le film nous emmène épuisés vers un final éblouissant, à vous glacer le sang...

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire