Banniere Festival Ciné O'Clock 2020

I SEE YOU

Un film de Adam Randall

Deux films pour le prix d’un

Un garçon disparaît mystérieusement en forêt, comme désarçonné de son vélo par une force mystérieuse. Greg Harper, policier, se voit confier l’enquête, alors que la tension avec sa femme, qui a une liaison, est à son comble…

I see you film image

"I see you" est sans nul doute un film à la construction intéressante, découpé en trois parties, dont les deux premières relatent la même histoire, vue de deux points de vue différents, la troisième poursuivant l’intrigue jusqu’à son dénouement. Chacun ne comprendra alors la véritable signification du titre qu’au début de la seconde partie, quelques signes avant coureurs venant cependant ponctuer la première, le tout s’éloignant intelligemment au final de la théorie du « corbeau » que l’on pressent dès le début.

Introduisant notamment le principe du « phrogging », phénomène apparemment connu outre Atlantique (ne regardez sa signification qu’après avoir vu le film), le point de vue adopté permet une relecture intéressante des phénomènes étranges du début (télé qui s’allume toute seule, photos ou objets qui disparaissent, hamster sorti de sa cage...). Jouant sur la colère du fils, la jalousie du compagnon, le tout se recentre au final sur une histoire plus conventionnelle un rien déconnectée du reste.

Si un petit jeu sur la temporalité permet de créer une certaine surprise, la mise en scène varie aussi intelligemment les modes de captation. On a enfin plaisir à retrouver Helen Hunt ("Pour le pire et pour le meilleur"), dans un rôle ambiguë qui ne prend pas les chemins attendus. Reste que le tout, à force de jouer sur la culpabilité, la paranoïa, en oublie un peu l’histoire des gamins disparus en cours de route, pour la faire revenir de manière un peu subite dans la dernière partie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire