Festival de Venise 2019 banniere

HYPER NOEL

Un film de Michale Lembeck

Super-ieur au premier volet

Devenu Père Noël dans le précédent épisode (" Super Noël "), Tim Allen découvre qu'une clause l'oblige à se trouver une mère Noël avant le 24 décembre minuit, s'il veut que le processus de 'dé-père-noëlisation' s'arrête…

On ne peut pas dire que l'on se soit bidonné aux prouesses de Tim Allen dans son " Super Noël ". La suite n'a donc pas eu bien de mal à relever le défi. Entre les bêtises sans grand intérêt d'un fils qui cache un lourd secret et les niaiseries des elfes qui fabriquent les cadeaux, il y a heureusement un peu de place. Pour d'une part, une petite histoire d'amour des plus romantique et magique entre Tim Allen, et la méchante directrice du lycée (la scène des cadeaux au personnel est certainement la plus émouvante du film). Pour d'autre part, un délire sur les dérives fascistes et le clonage, plutôt bien senti. Une sucrerie de réveillon, plus intelligente qu'elle n'en a l'air.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire