Festival de Venise 2019 banniere

THE HUMAN CENTIPEDE

Un film de

Un ovni barré avec des problèmes de tuyauterie…

Une nuit, au cours de leur voyage à travers l’Europe, deux jeunes américaines tombent en panne en plein milieu d’une forêt. Non loin d’ici, elles découvrent une maison dans laquelle vit un ancien chirurgien allemand, le docteur Heiter. Celui-ci, d’abord très accueillant, les drogue rapidement ainsi qu’un touriste asiatique afin d’en faire les cobayes d’une expérience chirurgicale inédite : créer un mille-pattes humain en les reliant tous les trois par un seul et même tube digestif !

Sortie en DVD et Blu-ray le 13 octobre 2011

Les films-concepts sont devenus une telle mode depuis une dizaine d’années qu’on n’en finit plus de tomber sur des films de petits malins, dont le seul intérêt se limite à utiliser le concept prévu comme prétexte d’entrée à des scénarios sans véritable originalité. Dans le cas de "The Human Centipede", le réalisateur néerlandais Tom Six ne s’est en revanche pas pris la tête et aura eu l’honnêteté d’assumer jusqu’au bout son concept monstrueusement malsain. Restait à voir la bête, et vu le synopsis, on avait quand même pas mal d’appréhensions. Jugez plutôt : un scientifique super flippant, sans doute nostalgique du IIIème Reich, se lance dans la conception d’un mille-pattes humain en kidnappant trois touristes du coin pour coudre la bouche de l’un à l’anus de l’autre ! Si l’idée peut en soi donner envie de gerber sa pizza quatre fromages sur le canapé du salon, le film, lui, à la surprise générale, joue sur un terrain étonnement plus subtil que prévu.

Les ingrédients d’un « film de petit malin » sont pourtant là : le film se pare d’une crédibilité scientifique revendiquée par le cinéaste (c’est celaaaaaa, oui…), les acteurs ont visiblement suivi les mêmes cours de comédie que ceux du "Miel et les abeilles" et le scénario se limite à la stricte illustration de son concept complètement fêlé, lequel semble donc se suffire à lui-même. Mais ce sont au final les amateurs de films gores et trashouilles qui seront les plus déçus : en effet, "The Human Centipede" ne contient aucune scène gore, contourne toute image explicite par un jeu assez subtil sur les regards des acteurs et laisse ainsi le spectateur en état d’imaginer ce que le hors-champ ne révèle jamais. Preuve que le réalisateur, loin d’avoir conçu son film comme un ovni cintré sans autre fonction que de choquer le bourgeois dans son fauteuil, a eu la malice de croire au potentiel malsain de son concept sans chercher à l’encombrer d’une quelconque tonalité réflexive ou thématique.

Le paradoxe du film réside aussi dans le fait que ses deux principaux « défauts » peuvent finalement se lire comme des choix de fabrication assez intelligents. D’abord la mise en scène, que l’on aura vite fait de dénigrer en raison d’un manque assez effarant de relief, d’esthétique et de stylisation (le film est visuellement assez moche et pas toujours bien filmé). Or, vu que Tom Six évite le racolage graphique et se focalise si précisément sur la tension installée par les acteurs, il sera difficile d’y souligner un éventuel néant de mise en scène. Ensuite le concept du mille-pattes humain, qui peut sembler obscène ou involontairement hilarant, mais qui, au vu d’un script qui se limite à enchaîner les humiliations de façon glaciale et distante, offre au film la dimension d’une parabole choc sur la condition humaine.

Sans atteindre le degré d’intensité du "Salò" de Pasolini, "The Human Centipede" pousse si fort le bouchon sur l’installation d’un horrible rapport de soumission qu’il nous renvoie pour le coup à une peur universelle : celle de subir une humiliation qui, peu à peu, se révèle encore pire que la mort elle-même. Curieux nanar qui, en fin de compte, réussit malgré lui à toucher du doigt quelque chose d’universel et de profondément perturbant alors qu’il se contente juste de mettre en scène son concept débile sans chercher autre chose ! Trip horrifique WTF ou parabole censée, mieux vaut laisser chacun libre de trancher en son âme et conscience. Et en profiter pour attendre le second épisode, dans lequel Tom Six nous promet déjà un mille-pattes humain composé de douze personnes (!) et qui permettra sans doute de se forger une opinion plus précise sur la réelle valeur d’un concept aussi barré…

Guillaume GasEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire