Parce qu'on en a jamais assez !

HOME FOR CHRISTMAS

Un film de Bent Hamer

Histoires de contacts

Dans un petit village de Norvège, tout le monde se prépare à sa façon pour la veillée de Noël. Mais à Skogli, en ce 24 décembre, rien ne va se passer comme prévu...

A ceux qui ne connaissent pas Bent Hamer, l'on peut dire sans se tromper qu'il était jusqu'à présent réalisateur de 3 films: « Eggs », « Kitchen stories » et « La nouvelle vie de Mr Horten ». Ce réalisateur norvégien avait jusque là un goût prononcé pour le pince sans rire et l'humour absurde, éléments qui poussés à l'extrême pouvaient donner quelques scènes mémorables. Proche d'un cinéma muet, « Kitchen stories » contait une pathétique expérience de concepteurs de cuisines, qui postaient des agents dans les maisons des gens, pour observer leur comportement. Comique de situation, détails détournés sur la vie quotidienne, le film était surtout l'occasion d'une rencontre entre un vieux bougon et un scientifique coincé. Déjà plus proche du conte, « La nouvelle vie de Mr Horten » narrait le dernier voyage d'un conducteur de train, et sa difficile entrée dans l'univers des retraités, aidé par quelques rencontres originales.

Plus sérieux, et donc moins porté sur un humour cynique, « Home for christmas » donne dans la mosaïques de destins, faisant se croiser un nombre important de personnage. Présenté aux derniers Festivals de Toronto et de San Sebastian, le film est reparti du second avec le prix du meilleur scénario. Il faut dire que l'histoire de la femme qui espère encore que son amant va quitter sa femme, et celle du jeune couple de l'est demandant de l'aide au médecin local, sont plutôt bien ficelées et regorges de petits moments d'émotion pure. Magnifiquement photographié, le film dispose également d'un traitement des couleurs qui lui donne un véritable aspect surréaliste, aidant le spectateur à plonger dans cet univers feutré, enneigé, aux lumières chaleureuses, où tous les cris de détresses relèvent du plus intime, et s'avèrent relativement étouffés. Un cocon fait de rencontres, de drames et de pardon. Joli.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire