Parce qu'on en a jamais assez !

L'HISTOIRE DU GÉANT TIMIDE

Un film de Dagur Kári

Être enfin prêt à vivre

Fusi a 43 ans. Il vit toujours chez sa mère et en dehors de son travail de manutentionnaire à l'aéroport, il passe son temps libre à reconstituer des batailles historiques. Enveloppé, timide et peu bavard, il est charrié par ses collègues de travail et a très peu d'amis. Le jour de son anniversaire, le nouveau petit ami de sa mère lui offre un chapeau de cowboy et des cours de danse country, ce qui va l'obliger à sortir un peu de sa bulle...

Sans angélisme aucun, ce petit film islandais, porteur de générosité et d'espoir, a créé la surprise au dernier Festival de Berlin, où il était présenté en séance spéciale. Avec ce portrait d'un homme solitaire, incapable de se connecter avec les autres, que des cours de danse country vont contraindre à sortir de sa carapace, c'est l'absence d'autonomie, la peur de l'inconnu voire de l'autre qui se font jour, avec un humour nordique aussi discret qu'efficace.

Décrivant les rouages d'un isolement social qui s'auto-alimente, mais aussi les soupçons qui pèsent sur ceux qui sont différents physiquement ou en termes de comportement, "Virgin mountain" est un film à la fois cru, doucement cruel et inspiré. Jouant du contraste entre le caractère imposant du personnage (touchant Gunnar Jónsson) et la fragilité psychologique de celle qu'il va prendre sous son aile, le scénario nous emmène vite loin de tout cliché, pour mieux creuser ce qui fait l'humanité de chacun.

Il offre ainsi deux beaux portraits de reclus tentant de s'apprivoiser l'un l'autre et d'affronter le monde extérieur, lançant au passage un joli message d'espoir. Par son humour pince sans rire et son humanité, cette jolie fable à la langueur tout à fait appropriée, prend le temps de signifier les changements de perspective et de vie. Une œuvre bouleversante, où le bonheur passe par de tous petits riens, et le besoin se distingue progressivement de l'envie. À ne pas manquer.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire