banniere-reflets-2019-2

HAVE A NICE DAY

Un film de Liu Jian

Un efficace film d'animation chinois à la sauce Tarantino

Un homme ayant volé une grosse somme d'argent à son patron, est poursuivi par un tueur à gages, puis bientôt par bien d'autres gens attirés par l'appât du gain...

Le fait d'avoir un film d'animation en compétition dans un grand festival est une chose assez rare. Le Festival de Berlin avait presque ouvert la voie il y a une dizaine d'années en offrant de plus l'Ours d'or au "Voyage de Chihiro" signé du maître japonais Miyazaki. C’est le film chinois "Have a Nice Day" qui a eu droit aux honneurs de la compétition en 2017, avant d’être retiré de celle du Festival d’Annecy quelques mois plus tard, pour raisons « diplomatiques ».

Si la technique d'animation n'a rien d'exceptionnel, c'est du côté d’un scénario à la sauce Tarantino, qu'il faut chercher les atouts de ce bad-trip jouissif. De personnages de méchants peu expérimentés en coïncidences malheureuses, le scénario s'amuse en effet à tricoter une trame à rebondissements autour d'un argent supposé facile. Il inclut de plus non seulement quelques allusions à l'actualité du moment (l’élection de Trump, le Brexit…), quelques critiques sur l’économie en place, de la course aux investissements résidentiel à la création de villes nouvelles, en passant par les impacts environnementaux.

Offrant tout de même quelques beaux tableaux (les cherry blossoms sur fond de silhouette nocturne de la ville, la forêt de bambous…), le film est avant tout un trip urbain d’une certaine noirceur. Comme de nombreux polars, il ne s’embarrasse pas avec le réalisme, qu’il s’agisse des poursuites ou combats menés, ou de l’un des enjeux pour le personnage principal : trouver un chirurgien esthétique de haut niveau pour sa compagne (quitte à aller faire un tour en Corée). Surprenant, il réussit à faire quelques messages sur la société de consommation et l’individualisme, que les personnages cherchent à détruire un radar fixe ou qu’ils se définissent par rapport à trois niveaux de liberté, tous liés à la notion d’achat. Efficace.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire