Parce qu'on en a jamais assez !

HALLOWEEN

Un film de Rob Zombie
 

POUR : Le masque tombe!

Le 31 octobre, soir d’Halloween, le jeune Michael Myers assassine sauvagement, à coups de couteau, son beau-père, sa sœur et le petit ami de celle-ci. Quinze ans plus tard, Michael s’évade de son hôpital psychiatrique afin de terminer ce qu’il a commencé enfant…

Convenons d'une chose en préambule, ce film fait parti d'une série ayant pour origine le film de Carpenter et il serait hypocrite de ne pas accepter le principe des suites. Or ici le réalisateur tente un pari un peu fou en réadaptant pour ne pas dire remakant (?) le film original et en y associant son point de vue pour une version plus humanisé du personnage principal. Car ce film est la vision d'un auteur au sens large, sa vision d'un personnage mythique du cinéma d'horreur.

Ce qui peut choquer est cette proximité que Rob Zombie entretient avec son personnage, comme lors de son film précédent où il nous faisait toucher du bout des doigts les pires démons en les humanisant ! Et c'est dans cette optique qu'il lance le film avec comme point de départ une description très détaillée des souffrances du jeune Michael Meyers. Une enfance difficile donnée à un petit garçon au visage d'ange, mais qui par quelques regards, trahit la puissante folie qui l'habite, un sentiment renforcé par la suite quand sa taille et sa musculature viendront épauler son âme, avec une scène flippante au sein de l'asile, où la brutalité des gardiens va libérer de ses chaines, au sens propre comme figuré , le personnage du mal! Ce personnage il le chérie et lui redonne ses lettres de noblesse, en personnifiant sa haine, sa colère et sa puissance!

Graphiquement cela ressemble beaucoup au « Devil's Rejects », sorti l'année dernière, avec ce côté poisseux et ocre. Mais d'autre part, il absorbe le style de la série en utilisant la pénombre pour créer la surprise. Certes il se doit de respecter certains codes de la série et emboite certains meurtres, non sans style, avec rapidité, ce qui pourrait laisser penser à un certain respect d'un virtuel cahier des charges, ceci afin de bien rattacher ce film à la série éponyme et non de l'assimiler à une oeuvre totalement indépendante de l'ami Rob. Une sorte de deal entre producteur et réalisateur!

En fin de compte une grande cuvée d'halloween, avec la vrai vision d'un artiste qui vous fera frissonner! Le mal est là, caché ou pas derrière un masque!

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Le moins que l’on puisse dire de lui, c’est que Rob Zombie divise. Passé du black rock (son groupe White Zombie fit trembler les basses dans les années quatre-vingt) au cinéma gore, l’artiste protéiforme est aussi bien reçu par ses fans qu’il est détesté par les autres depuis son premier long métrage, « La maison des 1000 morts ». Après « The Devil’s Reject », l’enfant terrible a donc décidé de s’attaquer à un remake, et pas n’importe lequel : celui du film d’horreur le plus célèbre de tous les temps, « Halloween ». Si l’idée de reprendre le chef d’œuvre de John Carpenter pour approfondir la psychologie de son boogeyman Myers, devenu une véritable icône du film de genre, n’est en soi pas mauvaise, il n’en va pas de même du traitement, volontairement malsain et accidentellement risible.

Autant « La maison des 1000 morts », film plein de choix douteux, pouvait laisser une certaine place au débat, autant cette nouvelle version d’ « Halloween » n’apporte absolument rien au genre. Bourré de poncifs obsolètes depuis vingt ans, filmé n’importe comment, boursouflé de vulgarité gratuite, le produit pondu par Rob Zombie ne s’embarrasse ni d’attirer la sympathie sur ses personnages stupides, ni de respecter son spectateur, qui se sent littéralement dénigré pendant la séance. Il y a pourtant une bonne idée dans ce film : développer l’enfance du tout jeune Michael Myers pour creuser la psychologie de ce gamin métamorphosé en monstre sanguinaire. Mais l’essai, ici, n’est pas transformé, et toute la première partie du métrage (une trentaine de minutes tout de même) tourne rapidement à vide, sans rien apporter de plus au personnage, et donc au film original. C’était bien la peine de déterrer une franchise déjà bien fatiguée…

Eric NuevoEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire