Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

FIVE

Un film de Igor Gotesman

"Very Bad Trip" made in France

Samuel, Julia, Tim, Vadim et Nestor sont amis d’enfance et se sont toujours promis de vivre en colocation. Samuel, qui a la chance d’avoir un père riche et naïf, trouve l’appartement parfait… mais trop cher pour ses amis. Il s’engage donc à payer les trois quarts du loyer. Après qu’une violente dispute éclate entre lui et son père, ce dernier décide de lui couper les vivres. Samuel va se voir obliger de vendre de la drogue pour continuer à « régaler » ses amis…

Igor Gotesman a remporté un pari quasi impossible : élever le niveau de la comédie française. Chapeau bas ! D’autant que le scénario de "Five" n’est pas particulièrement innovant et se rapproche de très près de la formule bateau des comédies américaines actuelles. Mais le jeune réalisateur est parvenu à réunir un casting intéressant d’acteurs pas forcément très connus du grand public, à l’exception bien sûr du césarisé Pierre Niney. On se rend vite compte que leur complicité va bien au-delà du film et on finit très rapidement par s’attacher aux personnages.

Un bel exploit, surtout quand on sait que "Five" est le premier long-métrage d’Igor Gotesman et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a réussi à se démarquer. Très éloigné des codes cinématographiques français, "Five" est filmé de façon très dynamique et originale. On retrouve une forte influence du cinéma américain, notamment quelques similarités avec "Projet X" et le film culte "SuperGrave". En s'appropriant des choix artistiques déjà très populaires outre-Atlantique, le réalisateur est au moins sûr de faire l’unanimité chez les jeunes. Et plus si affinités !

À l’exception de quelques blagues extra beaufs (il ne faut pas trop en demander non plus), l’humour du film est très rafraîchissant et surtout très efficace. Le timing comique est absolument parfait et la plupart des moments drôles sont surtout subtils. On découvre notamment un Pierre Niney bien loin de ses rôles très sérieux dans "Yves Saint Laurent" et "Un Homme idéal". Le jeune comédien se révèle excellent quand il ne se prend pas au sérieux, et on adore !

Enfin, on ne peut pas parler de "Five" sans mentionner sa bande originale. La musique finit de donner son charme à ce film en mélangeant habilement du rap des années 90 et d’aujourd’hui à des musiques « feel good » des années 80. Une belle occasion notamment de découvrir le groupe Gush, très présent tout au long du film. Une jolie réussite donc, qui laisse à penser que la comédie française a encore de beaux jours devant elle.

Justine TurchetEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire