Banniere Festival Hallucinations Collectives 2019

FIREWORKS

Avec les voix de Suzu Hirose, Mamoru Miyano, Masaki Suda...

Et si… on pouvait changer les choses

Alors qu’ils sont sensés nettoyer la piscine, Norimichi et Yusuke se voient défiés par leur camarade de classe Nazuna, une jolie collégienne qu’ils convoitent tous deux en secret, sur une course de 50 m. Yusuke l’emporte et se doit alors d’accompagner la jeune fille au feu d’artifice de la ville. Mais cette dernière cache un autre plan…

"Fireworks" est adapté du manga Fireworks, Should We See It from the Side or the Bottom ? de Iwai Shunji et s’avère un drame adolescent efficace et touchant, qui brasse des thèmes classiques tels que les premiers émois, la recomposition familiale, la tentation de fuguer… Autour d’une jeune fille dont les charmes ne laissent finalement aucun de ses camarades indifférent, le film flirte délicatement avec le fantastique en créant des boucles temporelles grâce à une mystérieuse bille trouvée au fond de l’océan, et permettant de revenir en arrière pour défaire une action passée. Avec comme fond symbolique (pas si léger) les feux d’artifices, dont la forme réaliste ou non indique au héro s’il est bien dans la réalité, le film séduira les adolescents par un champs des possibles qui reste somme toute limité.

Côté animation, le trait classique des personnages se confronte à une image baignée dans la lumière, souvent éblouissante, les metteurs en scène jouant une bonne partie du film sur l’omniprésence de l’eau et du ciel. Le bleu domine ainsi toute la première partie du métrage, laissant transparaître la saison estivale (et l’enjeu lié au déménagement qui guette l’héroïne à la rentrée), avant que ne commencent les cycles façon "Un jour sans fin", le personnage de Norimichi revenant aux instants clés de ses propres actions. Une jolie fable sur le choix et la responsabilité, bénéficiant de quelques jolies envolées romantiques.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire