Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

FINAL FANTASY VII

Un film de Tetsuya Nomura
Avec

Un dynamisme en 3D jusque là inégalé + un beau cadeau au joueur qui a passé plus de 120 heures derrière sa playstation (véridique) et qui n'avait pas envie que ça se finisse : Imparable.

Ancien membre de la branche armée SOLDIER de la Shinra, multinationale exploitant les ressources de la terre, Cloud est appelé par l'ancien PDG de l'entreprise atteint tout comme lui du mystérieux virus géoépidermique afin de le protéger de trois fanatiques à la recherche de leur mère Jenova, l'entité venue détruire la Terre 500 ans plus tôt et que Cloud avait déjà du combattre lors du jeu vidéo Final Fantasy VII...

Pourquoi avoir mis une note de 2 quand je voudrais mettre 4, me demanderez vous ? Et bien c'est simple, j'ai pensé à vous qui n'avez pas sué sang et eau à la recherche de chaque coffre, de chaque matéria, et de chaque chimère, vous qui n'avez pas du combattre Sephiroth une bonne vingtaine de fois avant de pouvoir voir la cinématique de fin, vous qui ne vous êtes jamais senti un Cloud en puissance le cœur pris entre Tifa et Aerith, vous qui pourrez peut être (sûrement) voir des défauts à cette séquelle cinématographique. Certes je les ai notés aussi, mais ce film a dégagé une si grande nostalgie que je suis bien incapable de le critiquer que ça soit en bien ou en mal. Je ne parlerai donc que de l'aspect technique du film, car le scénario serait trop complexe à analyser vu le matériel de base (eh oui 120 heures…) et la profondeur des personnages (c'est vrai qu'1h30, c'est trop peu pour comprendre les réactions parfois étranges de Cloud et les actions en TeamWork)

Techniquement donc, la 3D est loin d'être parfaite, crossover entre les cinématiques de FFVII et de FFX, et fait un peu datée (surtout les mouvements des animaux, et la plastique un petit peu figée des personnages) mais cela compte peu face à la dynamique des combats (à savoir que sur 1H30 de film, 1H15 est faite de bastons survitaminées) jusque là inégalée dans le petit monde de l'animation (même Les Indestructibles en prend un coup). FFVII est bien au delà de son petit frère médiocre (souvenez vous Final Fantasy - les créatures de l'esprit) et reprend cette fois ci tout l'intérêt des jeux Final Fantasy. Univers post cataclysmique, héros doué d'une force évoluant au fil des combats, Big Bad Mother Fucker (ici Sephiroth) en boss de fin, monde peuplé de féerie et d'esprits de la Terre. Ce film à tout pour convaincre les FF geeks en puissance. Aimerez-vous ce film ? A vous de juger, moi, j'ai adoré !

Cédric MayenEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire