Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

THE EYE

Un postulat intéressant, pour un film qui pèche par excès d'effets

Une jeune violoniste aveugle recouvre peu à peu la vue suite à une transplantation de cornée. Mais d’étranges apparitions ponctuent ses journées dans un monde qu’elle a encore du mal à appréhender…

Le film de Danny et Oxide Pang est clairement divisé en deux partie. Dans la première, l'on suit avec intérêt l'évolution incertaine de ce personnage féminin fragilisé par son changement d'état (d'aveugle à voyante), en proie à ce qui pourrait être des hallucinations. On découvre avec effroi la nature de ses visions. Dans la deuxième partie, on suit la jeune femme jusqu'à la source de ces visions. Et ici l'intérêt s'estompe peu à peu avec la dissipation du mystère, menée de manière peut-être trop explicative.

On retiendra l'étrange sensation que cet 'œil' aurait pu faire deux très bons films, l'un orienté drame à potentiel fortement sensoriel, et l'autre plus mythologique et fataliste. Au lieu de cela, on a droit à de démonstratives scènes où seule l'héroïne est malheureusement effrayée, laissant le spectateur à distance. Reste une scène finale remarquable, aussi efficace qu'improbable dans certains de ses effets.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire