Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

EVIL DEAD

Un film de Fede Alvarez

Le gore retrouve ses lettres de noblesse

Une adolescente erre dans les bois, en sang, fuyant quelqu’un ou quelque chose… Elle est rattrapée par deux hommes qui la ligotent et la conduisent chez une sorcière qui, se référant au Livre des Morts, ordonne qu’on la tue. Quand la jeune fille retrouve ses esprits, elle découvre que c’est son père qui doit exécuter la sentence… Elle le supplie de la laisser sauve avant de révéler sa véritable nature…

En confiant son bébé, Sam Raimi savait ce qu’il faisait. Fede Alvarez, qui adore "Evil Dead" - qu’il considère à juste titre comme un classique du film d’horreur -, n’a jamais voulu en faire un remake. Le jeune réalisateur uruguayen de 35 ans est plus intelligent que ça. S’il part de la même base que l’original, son reboot réinvente littéralement le chef d’œuvre de 1981, avec un respect total pour l’œuvre de son maître. Alvarez honore ce qui l'avait élevé au rang de vrai film culte, c'est-à-dire sa fantaisie cool et sa folie gore. Les amoureux de la vieille version ne devraient pas être déçus et ceux qui n’ont pas vu le métrage de Raimi vont être scotchés par cette relecture.

Le scénario co-écrit par Alvarez part du postulat génial qu’une petite virée dans les bois dans l’ancienne cabane familiale permettra à la sœur toxico de se sevrer loin des dealers. Quand les incantations démoniaques réveillent l’esprit du mal qui s’empare de ladite sœur, tous ses copains la croient en plein délire à cause du manque et sont loin de s’inquiéter de ses avertissements pourtant bien fondés ! Voilà l’esprit qui domine dans cet "Evil Dead" 2013 : du cool mais à la sauce gore…

Un élément important pour qui a vu l’original. Car la fascination pour ce dernier réside aussi dans le côté cheap de ses trucages et du maquillage de ses acteurs. Et si tout semblait bricolé, le film de 1981 n’en était pas moins éprouvant, baignant dans le sang, les cris et les membres découpés ! Alvarez n’a donc pas lésiné sur l’hémoglobine, c’est le moins que l’on puisse dire ! Le gore retrouve enfin ses vraies lettres de noblesse, après avoir été un peu mis en avant l’an passé dans un autre (bon) film d’horreur (qui rendait d’ailleurs directement hommage à "Evil Dead") : "La Cabane dans les bois".

"Evil Dead" d’Alvarez - son premier long-métrage de fiction - fait référence aux meilleurs films d’horreur des années 70 et 80 : "Carrie au bal du diable", "Massacre à la tronçonneuse", "Shining" et j’en passe et des meilleurs. S’il y avait un passage à enlever, citons celui de la blonde qui n’a rien compris et qui se jette blondement dans la gueule du démon (ce qui lui en coûtera ses deux bras : bien fait !). Le reste n’est que pur plaisir pour cinéphiles passionnés d’horreur et de sang (le film est interdit aux moins de 16 ans). On n’avait pas ressenti ça depuis le remake d’Aja avec "La Colline a des yeux". Mais tu faisais quoi, Fede Alvarez, pendant tout ce temps ?

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire