Parce qu'on en a jamais assez !

ET L'HOMME CREA LA FEMME

Un film de Frank Oz

Une comédie satirique sur la femme objet

Joanna (Nicole Kidman) est une battante, directrice d'une chaîne de télévision aux concepts novateurs. Mais un jour sa télé réalité va trop loin et un candidat pète les plombs. Elle est alors remerciée, et part, avec son mari ( Matthew Broderick), dans un tranquille village dénommé Stepford, sorte de petite communauté où les femmes semblent des modèles de docilité et de beauté…

Frank Oz est un habitué des comédies légèrement décalées, mais restant toujours de bon ton. Après les excellents Bowfinger, satire de l'Hollywood underground et In and Out délire faussement gay sur les facéties liées au coming out, voici donc un remake d'un film de 1975, Les femmes de Stepford, moquerie du pouvoir de l'homme et de la société de consommation. Après une première scène un peu trop appuyée, montrant le stress de la femme active, et son abus de pouvoir, le film prend son rythme de croisière avec l'arrivée du couple dans le village, et la découverte des étranges gens qui peuplent cet endroit.

Les passages les plus amusants sont liés au comportement gamin et rebelle des trois « femmes » qui sortent du lot, et se doutent que quelque chose de louche se passe dans ce paradis de la parfaite ménagère. Parmi ces trois personnages figure un homosexuel (idée amusante), une écrivain bordélique (délurée Bette Midler), et la sombre Nicole Kidman. Le film passe en revue les clichés sur la femme au foyer, et les scénaristes s'amusent à afficher les non dits anti culturels, notamment au cours d'une réunion des « amateurs de littérature » pendant laquelle on examine un livre fondamental, sur les décorations de noël ! Si chacun y va de sa scène clé, l'ensemble est plutôt plaisant, quoi qu'un peu expédié sur la fin.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire