Parce qu'on en a jamais assez !

DISPARITIONS

De Bonnes intentions qui ne suffisent pas

En Argentine, durant la dictature militaire, une femme (Emma Thompson), est enlevée et torturée. Son mari (Antonio Banderas), croyant toujours à sa survie, et doué d'un certain pouvoir paranormal, se met à réunir des parents de disparus, pour leur donner des nouvelles de leurs proches…

Il y a des histoires auxquelles on aimerait croire, profondément. Mais ces histoires, comme celle d'Imagining Argentina, ne sont pas toujours ni crédibles, ni rationnelles. Et c'est de cette irrationalité, de ce désir de vie face à une oppression, de ce besoin éperdu d'espoir, que traite avec maladresse Christopher Hampton (Carrington).

Sa mise en scène, aux décors sombres, aux lenteurs exagérées, n'est pas des plus convaincantes. D'autant que les interprètes, principalement Antonio Bandéras, en font des tonnes, ajoutant au pathos de l'ensemble, déjà fort chargé. Reste une sensation de malaise, de rébellion refoulée et d'arbitraire envahissant, que cette histoire d'amour distille malgré tout avec succès.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire