Banniere-Berlinale-2019

DARKEST MINDS : RÉBELLION

Des petits X-Men à la sauce virale

Alors qu'une étrange maladie touche les enfants et les adolescents tout autour du globe, décimant les populations, les survivants semblent développer d’étranges pouvoirs. Le gouvernement effectue alors une classification par couleurs, en fonction du don de chacun et de sa dangerosité : vert, bleu, orange et rouge. Reniée par sa famille, s'étant enfuie, Ruby est détectée comme appartenant à la catégorie « orange ». Mais elle parvient avec l'aide d'une médecin, à s’échapper, en se faisant passer pour une « verte »...

On croyait le genre totalement enterré depuis la sortie en catimini, directement en vidéo, de "Divergente 3". Les adaptations de littérature teen-SF, qui ont connu leurs heures de gloire avec la saga "Hunger Games" ou "Le labyrinthe", revient sur le devant de la scène en plein été avec l'adaptation du premier des romans intitulés Les Insoumis signé Alexandra Bracken, une série en 3 volumes. Ce premier volet, consacré à la rébellion d'une jeune fille refusant de disparaître au nom de la sécurité des autres (alors qu'elle ne sait même pas de quel pouvoir elle dispose), s'il se regarde sans déplaisir et ménage quelque peu de suspense (qui trahira qui ? quels dons ont les uns ou les autres ? quel sort réservent réellement les autorités aux oranges et rouges ?...) souffre cependant d'un scénario qui semble piocher son inspiration dans bon nombre de prédécesseurs...

Les dons incontrôlables et le choix d'usage que chacun des enfants pourra en faire font forcément penser aux "X-Men", tout comme la volonté du gouvernement de les contrôler. La recherche d'une hypothétique résistance convoque à la fois (virus en plus) "28 Jours plus tard" ou "Le labyrinthe 2". Quant à la classification organisée elle évoque forcément "Hunger games" ou "Divergente". Bref rien de bien nouveau sous le soleil, juste un petit blockbuster estival pour ados en mal d'affirmation de soi, qui assure un rien de suspense et maîtrise ses effets. Vous avez dit divertissant ?

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire